Le MR plaide pour prolonger la vie des centrales nucléaires

©BELGA

Les libéraux francophones plaident en faveur du prolongement de la vie des centrales nucléaires, apprend-on au détour d'une proposition de leur programme en vue des prochaines élections. L'idée est de prolonger de dix ans la durée de vie de Tihange 2 et 3 et de Doel 3 et 4.

Coup de massue sur le calendrier de sortie du nucléaire en Belgique. Les libéraux francophones remettent en effet le sujet sur la table alors même que leurs ministres fédéraux ont signé il y a plusieurs mois un accord gouvernemental fixant définitivement à 2025 la fermeture des dernières centrales nucléaires en Belgique.

Tout en refusant de parler de revirement politique, le MR en fait aujourd’hui un sujet de campagne. Le point est ainsi inscrit noir sur blanc dans son programme. Le parti s’engage ainsi à "ajourner de 10 ans la fermeture de certaines centrales nucléaires".

Très concrètement, cette proposition que le MR lance en pleine campagne signifie une prolongation de 10 ans de la durée de vie des centrales atomiques qui devaient fermer en 2025, soit les réacteurs de Tihange 2 et 3 de Doel 3 et 4.

Le MR juge que cette période supplémentaire de 10 ans doit permettre à la Belgique de préparer au mieux la sortie en 2035 tout en assurant la sécurité d’approvisionnement du pays et un meilleur mix énergétique. "Le calendrier actuel n’est pas tenable", jugent les libéraux.

Le MR estime par ailleurs que cette prolongation permettra à la Belgique de prolonger la taxation financière qui pèse déjà sur les producteurs comme Electrabel, la filiale belge de l’énergéticien français GDF Suez. "En prolongeant de 10 ans ces réacteurs, cela va permettre à la Belgique de taxer plus le nucléaire et les producteurs. Cet argent doit aider la Belgique à alléger la facture des ménages et le prix de l’énergie verte", assure Frédéric Cauderlier, porte-parole MR.

Cette position n’a évidemment pas manqué de provoquer certaines réactions virulentes. Dans les rangs de la majorité sortante, le cdH Melchior Wathelet, artisan de l’actuel calendrier de sortie, parle d’amnésie libérale et d’irresponsabilité. "Remettre de l’incertitude juridique dans ce dossier est contraire à ce que demandent les investisseurs."

De son côté, Olivier Deleuze, co-président Ecolo, ne voit pas "comment un parti peut imaginer prolonger de 10 ans la vie de deux réacteurs (Doel 3 et Tihange 2) après la découverte de fissures dans leurs cuves?"

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés