Une prime au démontage de panneaux solaires wallons

Pour faire face aux risques de surcharge du réseau électrique, le gouvernement wallon a adopté un incitant à la désinstallation. Le plan D-watt entre en vigueur dès ce 1er avril.

Faire et défaire, c’est toujours travailler. Jeudi dernier, dans le plus grand secret, le gouvernement wallon a opéré un spectaculaire revirement dans le dossier du photovoltaïque. Sur proposition du ministre de l’Énergie Jean-Marc Nollet, l’exécutif de la Région wallonne a adopté un projet de décret en vue d’inciter les petits producteurs d’énergie verte à démonter leurs panneaux solaires. L’objectif est de soulager rapidement les réseaux locaux de distribution d’électricité qui étaient menacés de saturation.

Selon nos informations, le cabinet Nollet s’est basé sur une étude alarmante de la Cwape (Commission wallonne pour l’énergie) au sujet de l’état du réseau électrique wallon. Dans un rapport détaillé, le régulateur du marché wallon de l’électricité pointe de "graves risques de ruptures d’approvisionnement à cause de l’inadéquation des réseaux de distribution face à l’essor de la production décentralisée", c’est-à-dire des panneaux solaires. En conclusion de cette étude, la Cwape avertit que "l’ajout de nouvelles installations photovoltaïques dans le cadre du plan Qualiwatt aboutira à des surcharges de réseaux de distribution susceptibles de provoquer de nombreuses et régulières ruptures d’approvisionnement dès le mois de juillet 2014". La Cwape base cette prévision sur les chiffres de la production photovoltaïque des cinq dernières années, où le pic de production a chaque fois été observé en juillet. Selon le gendarme du secteur énergétique wallon, même en l’absence de nouvelles installations en 2014, le risque de surcharge des réseaux est énorme.

Qualiwatt, c’est fini!

Pour éviter un "black-out" dès cet été, le ministre Nollet a donc dû trouver une solution dans l’urgence, à savoir inciter les producteurs wallons à démonter leur installation photovoltaïque. "Nous n’avions pas le choix", nous a confié une source au sein du cabinet du ministre wallon de l’Énergie. "Renforcer les réseaux de distribution dans un laps de temps aussi court s’avérait impossible, aussi bien sur le plan budgétaire qu’au point de vue technique: cela prendrait au moins deux ans et coûterait plus de quatre milliards d’euros."

Concrètement, les propriétaires de panneaux solaires recevront une prime unique sur présentation d’une attestation de leur GRD (gestionnaire de réseau de distribution) prouvant la désinstallation de leurs panneaux photovoltaïques par une entreprise agréée. Le montant de la prime dépendra de la puissance désinstallée.

Pour financer la mesure, le gouvernement wallon a décidé de mettre un terme au tout récent plan Qualiwatt, entré en vigueur le 1er mars 2014, soit il y a un mois à peine. L’exécutif de la Région wallonne estime qu’il n’y aura pas d’impact négatif sur les entreprises de la filière photovoltaïque puisque celles-ci devront tourner à plein régime, non pas pour installer des panneaux mais pour les démonter.

Le plan "D-watt", "avec un D comme désinstallation ou démontage", précise-t-on au cabinet Nollet, entre en vigueur dès ce 1er avril 2014, grâce à une disposition rétroactive prévue dans le projet de décret qui devrait être voté dans l’urgence avant la fin de la semaine.

Recours en annulation

Au Parlement wallon, le débat s’annonce toutefois houleux. L’opposition tempête déjà. Contacté lundi soir, Willy Borsus, chef de groupe MR, fustige ce nouveau changement de cap dans la politique énergétique du gouvernement. "Le gouvernement wallon est devenu une véritable girouette politique", s’emporte le député libéral. "Son imprévision dans le dossier photovoltaïque est symptomatique de sa gestion désastreuse des grands dossiers de cette législature." De son côté, l’association "Touche pas à mes certificats verts", qui fédère plus de 12.000 détenteurs de panneaux, prépare déjà la riposte. "Notre avocat, Maître Misson, va préparer dès cette semaine un recours contre le futur décret", nous a indiqué lundi soir Régis François, président de l’ASBL. "Une requête en annulation sera introduite à la Cour constitutionnelle dès la publication des textes légaux."

Une période d’insécurité juridique va donc débuter ce 1er avril. Mais le gouvernement wallon, qui connaissait ce risque, a préféré maintenir sa décision. Selon nos informations, un élément s’est avéré déterminant dans le débat entre les ministres régionaux. Fin juin, les Diables rouges disputeront la Coupe du monde de football au Brésil et il y a de bonnes chances qu’ils passent le premier tour, ce qui les conduirait à jouer au moins un match en juillet. "Imaginez une panne générale du réseau électrique en pleine retransmission", confie un ministre wallon sous le couvert de l’anonymat. "Ce serait catastrophique pour l’image de la Région." Et pour la popularité du futur gouvernement…

Êtes-vous tombé dans le panneau photovoltaïque?

Une prime wallonne au démontage des panneaux solaires? Rassurons d’emblée ceux qui ont mordu à l’hameçon: cette information que «L’Echo» dévoilait mardi n’était rien d’autre que notre traditionnel poisson d’avril, servi cette année à la sauce photovoltaïque. Le plan Qualiwatt reste donc bien d’application et aucun plan D-watt (D pour désinstallation) n’est envisagé (à notre connaissance…). Le soutien public au photovoltaïque ne devrait donc pas se finir en queue de poisson. Si nous avons attiré certains lecteurs dans nos filets en évoquant les imaginaires réactions de l’opposition politique et des petits producteurs, nous espérons aussi les avoir fait rire comme des baleines!

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content