Fortis quasi nationalisée, en un week-end. Coût du sauvetage: 11,2 milliards d'euros

La note de Filip Dierckx, CEO de Fortis. ©Lieven Van Assche

Les gouvernements belges, luxembourgeois et néerlandais ont "quasi nationalisé" Fortis Banque. En attendant de trouver un repreneur. L'offre de BNP Paribas aurait été jugée trop basse. ABN Amro va quitter le giron de Fortis. ING serait candidat à sa reprise. Maurice Lippens démissionne. Retour de la confiance?

Bruxelles (L'Echo) - Un accord a finalement été conclu dimanche, en fin de soirée, afin de préserver Fortis et ses déposants d'un séisme financier. Il aura fallu un week-end de tractations et la consultation du patron de la Banque centrale européenne (BCE) pour trouver une issue favorable permettant de protéger les avoirs des épargnants.

La solution finalement retenue prévoit l'intervention des autorités belges, luxembourgeoises et néerlandaises. Le gouvernement belge injecte 4,7 milliards d'euros dans Fortis Banque Belgique, le gouvernement luxembourgeois 2,5 milliards dans Fortis Banque Luxembourg et les Pays-Bas 4 milliards dans Fortis Bank Nederland. A chaque fois, les gouvernements respectifs prennent une participation de 49% dans la banque Fortis installée sur leur territoire.

En ce qui concerne le gouvernement luxembourgeois, l'investissement prendra la forme d'obligations obligatoirement convertibles.

Pour l'instant, l'hypothèse d'une offre de BNP Paribas sur Fortis semble donc écartée. Le groupe français aurait proposé 1,6 euro par action Fortis. Un montant jugé insuffisant par le groupe de bancassurance et les autorités belges.

ABN AMRO

ABN Amro quittera le giron du bancassureur, à l'exclusion des activités de gestion d'actifs, qui ont déjà été intégrées au sein de Fortis au 2e trimestre 2008. Le nom du repreneur n'a pas encore été confirmé, même si jusqu'ici, le nom d'ING a circulé avec beacoup d'insistance. On parle de quelques 10 milliards d'euros. Rappelons que Fortis a racheté une partie des activités d'ABN Amro pour 24 milliards d'euros.

Une dépréciation qui n'aura cependant pas d'impact sur le capital réglementaire devra donc être actée sur les comptes de Fortis. Toutefois, un prix de vente inférieur à 12 milliards aura un impact négatif sur les capitaux propres au sens strict, correspondant à la différence par rapport à ce montant.

LIPPENS

La démission de Maurice Lippens, président du conseil d'administration, a également été confirmée. "Le gouvernement aura son mot à dire à propos de sa succession", ont ajouté les autorités

CORRECTIONS DE VALEUR

Selon le communiqué de Fortis, les corrections de valeur devraient s'établir à 5 milliards d'euros après impôts au troisième trimestre, suite, notamment aux actifs d'impôts différés, au goodwill sur les gestionnaires d'actifs gérés séparément et le portefeuille de crédit structuré.

 

Stéphane Wuille

Anne-Sophie Bailly

 

 

 

Publicité
Publicité

Echo Connect