Les dirigeants de BNP Paribas renoncent à leur bonus

©BELGA

Michel Pébereau et Baudouin Prot, ont refusé leur rémunération variable ("bonus") pour l'exercice 2008, selon la porte-parole de la banque française.

"Je confirme qu'ils (MM. Pébereau et Prot) ont décidé d'indiquer à leur conseil d'administration qu'ils renonçaient à leur rémunération variable", a-t-elle déclaré.

 

Ils avaient l'an dernier respectivement touché 875.000 et 2,27 millions d'euros au titre de cette part variable, a aussi précisé la banque.

Les deux dirigeants se sont ainsi pliés à la volonté du président Nicolas Sarkozy, qui a demandé jeudi aux dirigeants des banques françaises de suspendre cette année la "part variable" de leurs rémunérations sur les résultats de 2008, en contrepartie du soutien financier que l'Etat leur a apporté.

 

L'Etat a accordé aux banques françaises en décembre une première tranche de prêts de 10,5 milliards d'euros.

Le ministère des Finances a précisé cette semaine que les banques pourraient bénéficier d'un nouveau prêt de l'Etat de 10,5 milliards d'euros d'ici la fin du premier trimestre, ce qui porterait l'aide publique à 21 milliards d'euros.

 

Six grandes banques françaises avaient bénéficié de la première tranche de fonds débloqués par l'Etat: Crédit Agricole, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Mutuel, Caisse d'Epargne et Banque Populaire.

 

 

Publicité
Publicité

Echo Connect