Diatos envisagerait un raid sur Euronext Bruxelles

D'essais cliniques en IPO, la Biotech Valley belge est en pleine ébullition. Aujourd'hui, c'est la société biotechnologique Diatos qui envisagerait une cotation sur Euronext Bruxelles.

(l'echo) D'essais cliniques en IPO, la Biotech Valley belge est en pleine ébullition. Aujourd'hui, c'est la société biotechnologique Diatos qui envisagerait une cotation sur Euronext Bruxelles. C'est en tout cas ce que sous-entend "Le Soir" de ce mardi. La direction de Diatos se réunit aujourd'hui pour parler de son avenir.

Diatos est une société française spécialisée dans le développement et la commercialisation de traitements innovants contre le cancer. Elle avait déjà renoncé à une cotation sur Euronext Paris et Bruxelles suite à un désintérêt des investisseurs, l'empêchant de boucler la levée de fonds. Nous parlons du mois de juin 2006. Depuis lors, le vent semble avoir tourné, car il n'est pas à exclure que Diatos envisage un nouveau raid sur Euronext Belgique. "Nous nous concertons actuellement sur notre stratégie. Une IPO à Bruxelles est parmi les possibilités, mais nous ne pouvons rien avancer de concret avant demain", nous a confié Henk Snyman, General Manager de la filiale à Leuven depuis le siège de Diatos à Paris où se déroule actuellement une réunion de la direction.

Les liens de Diatos avec la Belgique s'expliquent, outre sa filiale à Leuven, par son actionnaire principal, la société d'investissement de la Région flamande GIMV, qui est propriétaire à hauteur de 21%.

Diatos viendrait ainsi renforcer la " Biotech valley " belge, dont il est beaucoup question actuellement. Le dynamisme qui y règne, surtout du côté flamand, donnera lieu dans les mois à venir à des essais cliniques prometteurs ainsi que plusieurs entrées en Bourse.

Le 10 janvier dernier, nous avons déjà évoqué dans nos pages l'IPO de la gantoise Ablynx, qui explore entre autres pistes la mise au point d'un traitement de la maladie l'Alzheimer et de la thrombose. Ablynx entend conclure son IPO dans le courant de l'été 2007 tout en espérant de se faire racheter par une multinationale afin d'écarter tout souci de financement.

Cette semaine, c'est le spécialiste des soins orthopédiques Tigenix qui s'est manifesté. La spin-off de la KUL vise une cotation au mois d'avril. Elle est la première société belgo-belge à passer avec succès la dernière phase de tests cliniques avec son produit phare ChondroCelect, thérapie cellulaire de régénération de cartilage du genou. La société est actuellement en attente du feu vert des autorités sanitaires européennes et américaines (respectivement l'EMEA et la FDA) afin de mettre en branle la production et la commercialisation de ChondroCelect. Et de faire évoluer son traitement vers une solution technico-chirurgicale plus efficace.

Les prestations d'autres sociétés sont également à surveiller. Le Soir cite notamment ActoGenix, une spin-off du VIB et de la RUG et le projet issu des laboratoires de Janssen Pharmaceutique Movetis.

La start-up ActoGenix se spécialise dans le développement de médicaments gastro-intestinaux. Elle a clôturé le 6 février un tour de table de 20 millions, une transaction en deux phases démarrée en septembre 2006. Parmi les actionnaires on compte une fois de plus GIMV, flanquée d'autres investisseurs belges, français et néerlandais. ActoGeniX déclare que ce financement permettra d'effectuer des essais cliniques sur ses premiers produitset de financer ses activités au moins jusqu'à mi 2009.

En matière de tour de table, Movetis a encore fait plus fort. Via un syndicat d'investisseurs, elle a récolté pas moins de 49 millions d'euros (voir L'Echo du 09 janvier 2007). L'apport vient notamment de la KBC (7 millions d'euros) et de Quest for Growth (2,5 millions d'euros).

Pieter Jan Peumans

Photo Diatos

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés