Publicité

Fusion de Merck et Schering Plough

©BLOOMBERG NEWS

Le groupe pharmaceutique Merck & Co Inc a annoncé lundi une fusion avec Schering Plough dans le cadre d'un accord d'environ 41,1 milliards de dollars. L'opération se traduira par des économies de coûts d'environ 3,5 milliards de dollars par an.

(reuters) -Merck a annoncé lundi l'acquisition de son compatriote Schering-Plough pour 41,1 milliards de dollars (32,5 milliards d'euros), opération qui doublera à 18 le nombre de médicaments en phase ultime de développement chez Merck.

L'opération est le deuxième mariage d'ampleur dans le secteur de la pharmacie aux Etats-Unis en quelques semaines. Pfizer a racheté Wyeth pour 68 milliards de dollars à la fin janvier.

Pour Merck, la fusion a également l'avantage de diversifier sa gamme de produits qui couvrira dorénavant le cardiovasculaire, le respiratoire, l'oncologie, les neurosciences, les maladies infectieuses et l'immunologie.

Le marché spéculait depuis des années sur un rapprochement entre Merck et Schering-Plough compte tenu des partenariats et des économies de coûts possibles sur leurs marchés.

Les deux groupes pharmaceutiques, qui ont annoncé à l'automne d'importantes suppressions d'emplois, voulaient parer à l'insuccès de leurs traitements du cholestérol Vytorin et Zetia, dont le chiffre d'affaires combiné a chuté de 26% au quatrième trimestre.

Merck évalue à 3,5 milliards de dollars environ les économies annuelles tirées de la fusion au-delà de 2011. Le C.A. combiné des deux groupes atteint 47 milliards de dollars et Merck pense pouvoir préserver ses notes de crédit.

"C'était assez inévitable. Le secteur a besoin de consolidation car le marché des produits pharmaceutiques de marques ne sera plus le même à l'avenir que ces dix dernières années", a commenté Jeffrey Holford, analyste chez Jeferries, à Londres. "Il y des surcapacités et ils (Merck et Schering) ont tous les deux besoin de réduire leurs capacités."

Les actionnaires de Schering-Plough recevront 0,5767 action Merck et 10,50 dollars en numéraire pour chacune de leurs titres, soit une prime de 34% pour les actionnaires de Schering par rapport au cours de clôture de Schering vendredi, et chaque action Merck deviendra automatiquement une action de la nouvelle entité.

Les actionnaires de Merck doivent détenir environ 68% de la nouvelle entité, dont le patron sera le directeur général de Merck Richard Clark.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés