GSK : bénéfice en hausse de 66% au quatrième trimestre

La restructuration se poursuit... sans chiffres ©BLOOMBERG NEWS

GSK annonce un bénéfice net en hausse de 66% au quatrième trimestre à 1,63 milliard de livres. Il est en hausse de 20,2% sur l'année à 5,531 milliards de livres. Mais le plan de restructuration s'étend... sans chiffres.

(AFP) - Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline a annoncé jeudi une hausse de 66% de son bénéfice net part du groupe au quatrième trimestre, en-dessous des attentes toutefois, et une extension de son plan de restructuration, sans citer de chiffres de pertes d'emplois.


GSK a enregistré un bénéfice net part du groupe de 1,63 milliard de livres (1,86 milliard d'euros) au quatrième trimestre, pour un chiffre d'affaires de 8,094 milliards de livres, en hausse de 17,1%.

Le bénéfice net est ressorti à 1,668 milliard de livres, sous les 1,76 milliards attendus par les économistes.
Par ailleurs, le bénéfice net p/g est ressorti à 5,531 milliards de livres sur l'année, en hausse de 20,2%, pour un chiffre d'affaires de 28,368 milliards de livres, en hausse de 16,5%.

Les ventes totales de vaccins ont augmenté de 30% l'an dernier à 3,7 milliards de livres, grâce notamment à 883 millions de livres de vaccins contre la grippe H1N1.

Alors que son programme de restructuration lui a déjà coûté 832 millions de livres en 2009, contre 230 millions en 2008, le groupe a annoncé une expansion de celui-ci, destinée à générer 500 millions de livres d'économies supplémentaires d'ici à 2012.
La presse du week-end avait assuré que ce plan aboutirait à la suppression de 4.000 emplois de plus dans le groupe, notamment en Europe et aux Etats-Unis. Mais jeudi, GSK a indiqué que, "comme précédemment, il ne donnerait pas d'objectifs de réduction des emplois et annoncerait le résultat une fois que les employés et les syndicats auraient été consultés".

"Nous restons très conscients de l'impact de la restructuration sur nos employés", a assuré le groupe.

GSK a récemment supprimé 2.000 postes de représentants médicaux aux Etats-Unis mais a créé 1.500 emplois en Chine.
Son rival, le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca a annoncé jeudi, malgré de forts bénéfices également, qu'il allait supprimer 8.000 postes supplémentaires dans le monde avant 2014.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés