Publicité

Les pressions sur les prix et ventes entraînent des difficultés pour le secteur pharma

La pression sur les prix, la baisse des ventes, la longueur des procédures pour le lancement d'un médicament et son remboursement expliquent en partie les difficultés des entreprises pharmaceutiques qui procèdent à des économies, via notamment des suppressions de postes, a expliqué mercredi Olivier Remels de Pharma.be, l'association des entreprises pharmaceutiques de Belgique.

BRUXELLES 24/01 (BELGA) = "Le secteur pharmaceutique est un métier difficile, à risques, où il faut parfois 10 à 15 ans d'investissements pour une molécule qui n'est pas sûre d'aboutir sur le marché", a souligné M. Remels. "Des ventes en baisse, des pressions sur les prix, des problèmes de procédure sur les remboursements expliquent en partie les difficultés rencontrées par les entreprises pharmaceutiques notamment sur le marché belge", a-t-il poursuivi. En dépit de suppressions d'emplois, Pharma.be rappelle que le secteur est considéré comme un secteur économique de pointe en Belgique et que l'investissement y est favorisé. Une plate-forme regroupant le gouvernement, les entreprises et Pharma.be qui s'est réunie pour la première fois le 12 décembre dernier va dans ce sens.

Concernant les suppressions de postes en Belgique, Pharma.be a tenu à préciser qu'il s'agissait de postes commerciaux ou administratifs, mais pas en Recherche & Développement (R&D). Quant à l'association entre bénéfices énormes et suppressions de postes par les entreprises, Pharma.be a tenu à préciser qu'"il s'agissait de bénéfices propres au secteur pharmaceutique et que ceux-ci servent à financer la R&D et les investissements". Le secteur pharmaceutique emploie quelque 25.000 personnes en Belgique (chiffres 2002).

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés