Colruyt maintient ses prévisions

©Lieven Van Assche

Bon premier semestre pour le distributeur belge, dont le chiffre d'affaires dépasse les attentes des analystes. Un bénéfice de 320 millions d'euros en année pleine reste l'objectif du groupe.

Bruxelles (L'Echo) - Colruyt vient de terminer un solide premier semestre. Le distributeur belge a dépassé les attentes des analystes sur toute la ligne :  les chiffres du premier semestre, qui concernent une période de six mois se déroulant jusqu’au mois de septembre compris, montrent que Colruyt devra se contenter de chiffres de croissance certes d’une moindre ampleur mais qu’il fait toujours mieux que le marché.


Malgré les prévisions de la Fedis qui annonçait début septembre qu’après les biens non-alimentaires, les consommateurs allaient également rogner sur leurs dépenses en nourriture, le groupe Colruyt a tout de même réussi à atteindre une croissance de 7,1 % à 3,31 milliards d’euros.


Les analystes tablaient, en moyenne, sur un chiffre de 3,29 milliards d’euros.


Ce résultat se situe évidemment bien en-dessous des 14 % de croissance enregistrés l’année dernière, mais il reste néanmoins plus qu’honorable au vu d’un climat économique particulièrement morose pour un secteur de la distribution plombé par la déflation et la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.


Le bénéfice brut et l'EBITDA grimpent de respectivement 8,8 et 8,3 % à 821,9 et 290,9 millions d'euros.
Le résultat d'exploitation (Ebit) a, quant à lui, progressé de 7,8 % pour atteindre 229 millions d'euros, contre 212,5 millions durant les 6 premiers mois de l'exercice 2008/2009.


Des ventes en augmentation continue


Tant les ventes de détail que le commerce de gros ont augmenté, seule la division « activités diverses » a connu une baisse de 6,6% de son chiffre d’affaires à 223,3 millions d’euros. En cause : la baisse des prix du pétrole et son impact sur les activités des stations-services DATS 24.


 Au niveau du commerce de détail, ce sont à nouveau les enseignes OKay et Bioplanet qui ont enregistré la plus grosse croissance, grimpant de presque 20 % chacune pour atteindre un chiffre d’affaires de 170 millions d’euros. Le commerce de gros se porte particulièrement bien, surtout en France, puisque le chiffre d'affaires progresse de près de 11% à 591 millions d'euros pendant que le bénéfice d'exploitation se hisse à plus de 82 %.


Le chiffre d’affaires du commerce de détail « non-food » a, pour sa part, crû de 8,9 %, boosté par l’ouverture de 5 nouveaux magasins DreamLand et un DreamBaby.


Surtout, la période de Pâques, particulièrement florissante pour ces enseignes, tombait cette année au début de l’exercice comptable, contribuant ainsi aux bons résultats de la division..


Les magasins Colruyt, ont connu une croissance de 6,6 %, leur part de marché passant de 22,4 % il y a un an, à 23,1 % au 30 septembre 2009. Un indice supplémentaire qui montre que Colruyt s’impose de plus en plus face aux chaînes de discount Aldi et Lidl, mais également face au groupe français Carrefour.


Prévisions maintenues


Profitant de ces bons résultats, le groupe belge a décidé de maintenir ses prévisions de bénéfice pour l’exercice 2009/2010 à 320 millions d’euros. Wim Biesemans, directeur financier du groupe a néanmoins prévenu que des  inconnues subsistaient, comme l’évolution de l’inflation et le comportement des consommateurs durant la période des fêtes.

 
Y.A.B.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés