La guerre du lait s'intensifie

©AFP

Producteurs et distributeurs ont des avis diamétralement opposés sur le prix du lait. Trop bas pour les uns, trop élevé pour les autres. Les producteurs sont montés au créneau et bloquent les centrales de distribution, notamment chez Colruyt et Lidl. Plus de 300 agriculteurs belges manifestaient lundi.

(belga) - Plus de 300 agriculteurs belges manifestaient lundi contre les prix trop bas du lait et bloquaient les centres d'approvisionnement de plusieurs grands distributeurs en Flandre (nord) et en Wallonie (sud), a rapporté l'agence Belga.

A Halle (20 km à l'ouest de Bruxelles), près de 200 camions ont été interdits d'entrée ou de sortie de la centrale de distribution des grandes surfaces de la chaîne belge Colruyt.

Les centres d'autres distributeurs, comme les chaînes à bas prix allemandes Lidl et Aldi, étaient également bloqués.

Dans l'après-midi, des tracteurs ont également commencé à bloquer l'entrepôt central des produits frais du groupe de distribution belge Delhaize. C'était également le cas d'une centrale de distribution du français Carrefour à Nivelles, au sud de Bruxelles.
Les actions des agriculteurs ont par ailleurs créé des problèmes pour la circulation, notamment sur la nationale 85 entre Villerous et Bastogne (sud-est).

Selon Xavier Delwarte, secrétaire général de la Fédération Unie de Groupements d'Eleveurs et d'Agriculteurs (FUGEA), le mouvement risque de se prolonger, au vu de l'absence de réaction positive des responsables de la grande distribution aux revendications des producteurs de lait.

Le groupe Colruyt, dont les magasins sont approvisionnés par deux des centres bloqués, a averti dans un communiqué que ses magasins pourraient manquer d'eau, et de fruits et légumes dans les 24 heures ainsi que de produits laitiers et de viande d'ici à 48 heures.

Le conflit opposant dans de nombreux pays d'Europe les agriculteurs à la grande distribution, accusée de pratiquer des marges excessives au mépris de la survie de nombreuses exploitations laitières, a démarré à la mi-juin.

Une réunion de concertation est organisée mardi matin au cabinet de la ministre de l'Agriculture, Sabine Laruelle, en présence de représentants de la la Fedis (Fédération de la distribution), de la Fevia (Fédération de l'industrie alimentaire), de la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) et de la FUGEA.

Dans un communiqué, la Fedis a qualifié ces actions "d'actes irresponsables", qui engendrent de "lourdes pertes et un gaspillage énorme".

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés