Le consortium CVC renonce à racheter les supermarchés Sainsbury

Les fonds d'investissement CVC, Blackstone et Texas Pacific Group ont abandonné mercredi leur projet de rachat de la troisième chaîne de supermarchés du Royaume-Uni, Sainsbury, faute d'être parvenus à s'entendre avec le groupe sur le prix.

(afp) "Après un certain nombre de discussions avec la direction de Sainsbury, il est apparu clairement que le consortium ne parviendrait pas à faire une offre d'achat susceptible de réussir", ont expliqué les fonds dans un communiqué diffusé à la Bourse de Londres.CVC, Blackstone et le fonds américain KKR avaient fait part de leur intérêt pour Sainsbury début février. Le fonds Texas Pacific les avait rejoints par la suite. KKR s'était retiré du projet la semaine dernière, préférant se concentrer sur son projet de rachat du groupe de pharmacies Alliance Boots.

CVC, Blackstone et Texas Pacific auraient fait une ultime offre d'achat d'un montant de 10,1 milliards de livres (14,9 milliards d'euros) ce week-end, selon la presse britannique, mais la famille Sainsbury, fondatrice et premier actionnaire du groupe, réclamait davantage.L'action Sainsbury a cédé plus de 4% à la Bourse de Londres après l'abandon du projet, avant de se reprendre un peu: elle perdait 2,51% à 525 pence à 15H10 GMT, pour une capitalisation de 9,1 milliards de livres.

La maison de courtage Seymour Pierce a recommandé de vendre le titre.Les fonds ont souligné qu'ils avaient assorti leur projet de rachat de propositions prévoyant une participation des employés au capital, des créations d'emplois et des garanties sur les retraites.

Mais Sainsbury a pointé de son côté que l'offre du consortium était aussi soumise à un certain nombre de conditions relatives à son financement, non négociables.Le rachat de Sainsbury, motivé notamment par l'important portefeuille immobilier du groupe, aurait constitué l'un des plus gros investissements des fonds de private equity en Europe à ce jour. Le groupe est le numéro trois des supermarchés au Royaume-Uni derrière Tesco et Asda (Wal-Mart), avec une part de marché de près de 17%.

En crise il y a trois ans, Sainsbury a remonté la pente depuis sous la houlette de son directeur général, Justin King. Embauches, amélioration de la logistique et surtout baisses des prix ont permis de relancer les ventes.Selon Robert Parkes, de la banque HSBC, l'échec de la tentative de rachat de Sainsbury n'est qu'un revers ponctuel pour le secteur des fonds d'investissement, qui ont multiplié les rachats d'entreprises l'an dernier."Le train du private equity n'est pas en train de dérailler", a déclaré l'analyste, qui s'attend "à une nouvelle bonne année pour les fusions-acquisitions en 2007" avec des achats de plus en plus gros pour les fonds d'investissement.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect