Reliance a désigné 2 banquiers pour l'achat d'une part de Carrefour

Le quotidien national The Hindustan Times confirme jeudi que Reliance est bien en négociations avec Carrefour et qu'il a nommé deux banquiers d'investissement pour discuter avec le premier actionnaire du groupe français, la famille Halley, de l'achat des 13% qu'elle contrôle.

(afp) Le conglomérat indien Reliance Industries a désigné deux banquiers d'affaires pour négocier l'achat d'une part minoritaire dans le géant français de la grande distribution Carrefour, rapporte jeudi un journal indien.

Mercredi, un haut responsable de Reliance avait affirmé auprès de l'AFP que son groupe discutait avec Carrefour d'une entrée à son capital ou de la création d'une société commune, une information que le numéro deux mondial de la distribution a démentie.

Mais le quotidien national The Hindustan Times confirme jeudi que Reliance est bien en négociations avec Carrefour et qu'il a nommé deux banquiers d'investissement pour discuter avec le premier actionnaire du groupe français, la famille Halley, de l'achat des 13% qu'elle contrôle.

Le journal, citant des sources anonymes, indique qu'une équipe de spécialistes des fusions et acquisitions pour Reliance est à Paris pour "dessiner les contours d'une alliance stratégique".

Le Financial Times rapporte aussi jeudi que le géant indien convoite la part de la famille Halley mais que les négociations n'ont pas encore commencé.

"Si une opportunité (d'acheter la part des Halley) se présente, nous souhaiterions l'explorer et la faire avancer", a déclaré au journal britannique une source proche du dossier.

"Les négociations sont à un stade avancé", avait annoncé mercredi à l'AFP un haut responsable de Reliance, sous le sceau de l'anonymat. "Cela pourrait être une participation de contrôle, cela pourrait être une société commune", avait ajouté le dirigeant.

"Cela pourrait être une prise de participation dans la société (Carrefour). Nous parlons bien au niveau mondial. Il ne s'agit pas seulement de l'Inde", avait-il insisté.

Mais, selon un communiqué du groupe français reçu mercredi à Paris, "la direction de Carrefour dément" cette information. "Carrefour précise qu'il n'entretient aucun contact avec ce groupe (Reliance) et qu'aucune négociation n'est en cours".

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés