Forte hausse du bénéfice net de GDF en 2006

GDF) a publié mardi un bénéfice net 2006 en hausse de 29%, à 2,298 milliards d'euros. Pour 2007, GDF attend une "année de consolidation", en raison de la douceur de l'hiver qui s'achève.

(afp) Le groupe gazier Gaz de France (GDF) a dégagé en 2006 un bénéfice net record de 2,298 milliards d'euros, en hausse de 29%, et prévoit que 2007 sera une "année de consolidation", en raison de la douceur de l'hiver qui s'achève, selon un communiqué publié mardi.

Ce résultat est globalement en ligne avec les attentes des analystes, qui tablaient sur un bénéfice net autour de 2,3 milliards d'euros.

"Toutes les activités du groupe contribuent aux résultats 2006, qui constituent, à ce jour, les meilleures performances opérationnelles de Gaz de France", a souligné le PDG du groupe, Jean-François Cirelli, cité dans le communiqué.

L'excédent brut d'exploitation est en hausse de 21% par rapport à 2005, à 5,149 milliards, et le résultat d'exploitation progresse de 28% à 3,608 milliards.

Le groupe prévoit que l'année 2007 soit "une année de consolidation", en raison de la douceur de l'hiver 2006-2007, "l'hiver le plus chaud depuis 50 ans, ce qui pèse sur l'activité et sur les prix de marché des premiers mois de 2007".

Malgré ce début d'année "marqué par un climat et des conditions de marché difficiles", le groupe se dit cependant "confiant dans ses fondamentaux", et table pour 2007 sur un excédent brut d'exploitation "en ligne" avec celui de 2006.

Gaz de France ajoute qu'il "ne remet pas en cause à ce stade" les objectifs de croissance de l'excédent brut d'exploitation qu'il s'est fixés, à savoir une hausse de 10% en moyenne par an sur la période 2005-2008.

"Au-delà des aléas conjoncturels", la stratégie du groupe "est confirmée", précise-t-il.

Le conseil d'administration proposera pour 2006 le versement d'un dividende de 1,10 euro par action, en hausse de 62%. Le groupe ajoute que "pour les années à venir, le taux de distribution des dividendes ne sera pas inférieur à 50% du résultat net".

Enfin, GDF souligne que l'intérêt stratégique de la fusion avec Suez est "renforcée" par les "évolutions de la politique énergétique européenne et la consolidation du secteur".

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés