Publicité

Gazprom critique la libéralisation du marché européen de l'énergie

Le géant gazier russe Gazprom a critiqué mercredi la façon dont se fait la libéralisation du marché de l'énergie dans l'Union européenne, y voyant une menace pour la sécurité énergétique.

(afp) "Si la concurrence nuit aux contrats à long terme, nous serons bien sûr opposés" à la libéralisation du marché européen de l'énergie, a déclaré devant la presse Alexandre Medvedev, vice-président de Gazprom.

"Ce n'est pas parce que cela affaiblit notre position mais parce que cela menace l'approvisionnement énergétique", a-t-il ajouté.Une directive européenne prévoit l'ouverture entière à la concurrence des marchés du gaz et de l'électricité au 1er juillet 2007. Le géant gazier russe insiste sur le fait qu'il a besoin de contrats à long terme pour pouvoir investir dans les nouveaux gisements de gaz.

"Nous sommes surpris par l'idée que les producteurs de gaz et les opérateurs du marché ne peuvent pas posséder ou exploiter les réseaux" de gazoducs, a-t-il donné en exemple, dans une apparente allusion au fait qu'en Europe, ceux-ci sont administrés par des sociétés gestionnaires de réseaux de transport (GRT), payées par les opérateurs pour les utiliser.Cette disposition fait que même si Gazprom, soucieux d'acquérir des actifs énergétiques en Europe, achetait un opérateur gazier européen, cela ne suffirait pas à lui garantir un accès au marché, puisqu'il devrait toujours passer par un GRT pour faire circuler son gaz.

Déterminée à insuffler plus de concurrence sur les marchés énergétiques européens, la Commission européenne a épinglé la semaine dernière plusieurs Etats, évoquant notamment une indépendance insuffisante entre les réseaux de transport et la fourniture ou la distribution.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés