GDF réalise un bénéfice net record en 2007

©EPA

GDF a réalisé en 2007 un bénéfice net (part du groupe) en hausse de 7,6% par rapport à l'exercice précédent suite "de bons résultats commerciaux". Le chiffre d'affaires de 2007, déjà publié auparavant, était ressorti à 27,4 milliards d'euros, contre 27,6 milliards en 2006, soit un repli de 0,8%, à cause de la douceur de l'hiver 2006-2007.

Bruxelles (L'Echo) - Le gazier français Gaz de France (GDF) a publié ce mercredi, avant l'ouverture des marchés, un bénéfice net (part du groupe) à 2,5 milliards d'euros en 2007 contre 2,3 milliards en 2006, soit une hausse de 7,6% d'un exercice à l'autre. Le benéfice net par action est de 2,51 euros en 2007, contre 2,34 euros en 2006 (+7,6%). Le dividende du groupe ressort à 1,26 euro par action en 2007 (+15%). Le groupe prévoit un croissance des investissement organiques de 8% à 2,9 milliards d'euros. Le CEO Jean-François Cirelli a confirmé la fusion entre GDF et Suez au cours du premier semestre 2008.

L'exécedent brut d'exploitation est à 5,7 milliards d'euros en 2007, contre 5,1 milliards en 2006 (+10%). Il devrait atteindre 6,1 milliards en 2008, annonce le groupe. Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) a grimpé de 12% à 5,7 milliards d'euros.

GDF attribue ces "excellentes performances (...) au retour à l'équilibre des activités de vente de gaz", à un marché porteur dans le gaz naturel liquéfié (GNL), à une "maîtrise accrue des coûts opérationnels" et à un retour à des températures inférieures à la moyenne au dernier trimestre, "qui ont limité l'impact défavorable des conditions climatiques du premier semestre".

Le chiffre d'affaires de 2007, déjà publié auparavant, était ressorti à 27,4 milliards d'euros, contre 27,6 milliards en 2006, soit un repli de 0,8%, à cause de la douceur de l'hiver 2006-2007.

Dans l'ensemble, 2007 a été une année difficile pour la distribution de gaz, notamment en raison d'un climat plus doux. Ainsi, l’excédent brut opérationnel du segment "distribution" du marché français s’élève à 1,3 milliard d’euros contre 1,4 milliard en 2006. Au niveau nternational, le segment "transport-distribution" est à 491 millions d’euros en 2007 contre 498 millions d’euros en 2006. Hors effets climatiques, l’excédent brut opérationnel il progresserait de 29 millions d’euros sous l’effet de l’amélioration des marges de commercialisation dans la plupart des pays européens.

"Malgré un contexte difficile en début d’année, le groupe dépasse ses objectifs et affiche pour la 3ème année consécutive des résultats records", a déclaré Jean-François Cirelli. "En 2007, nous avons poursuivi la construction de trois centrales ; nous sommes devenus le leader français dans l’exploitation d’éoliennes et nous allons poursuivre notre engagement dans les énergies renouvelables", a-t-il précisé.

GDF a renforcé en 2007 la sécurité de ses approvisionnements, avec la prolongation des contrats algériens avec la Sonatrach jusqu'en 2019.

L'énergéticien a aussi poursuivi le développement de sa production d'électricité, dont l'acquisition récente de 7 centrales de cogénération en Italie pour une puissance installée totale de 540 MW. Il occupe aussi une position de leader en France dans le secteur éolien. A la fin du premier trimestre 2008, il disposera d’une capacité installée en éolien de près de 145 MW.

Pour 2008, GDF vise un excédent brut opérationnel de 6,1 milliard d’euros, en ligne avec celui fixé pour la période 2005-2008 d’une progression moyenne de 10 % par an. Cet objectif n'en est pas moins fragile, dans la mesure où il s’entend à climat moyen et hors évolution significative des prix des produits pétroliers. GDF anticipe, par ailleurs, une croissance de ses investissements qui devraient atteindre 4 milliards d’euros en 2008. Il prévoit une croissance du dividende par action versé en 2009 comprise entre 10 % et 15 % par rapport à celui versé en 2008. Il poursuivra le programme de rachat d’actions engagé fin 2007. Ce programme porte sur un maximum de 24 500 000 actions, soit environ 2,5% du capital de la société.

GDF rappelle, à l'occasion de la publication de ses résultats, les objectifs opérationnels et financiers du géant énergétique qui devrait naître cette année de la fusion avec Suez, à savoir, une croissance de l’Ebitda d’environ 10 % en 2008 et un Ebitda cible de 17 milliards d’euros à horizon 2010 et une croissance du dividende par action de 10 % à 15 % par an en moyenne entre le dividende payé en 2007 et le dividende payé en 2010.

Suez, de son côté, a réalisé en 2007 un bénéfice net en hausse de 8,8% à 3,9 milliards d'euros, et un résultat brut d'exploitation en augmentation de 12,4% à 7,9 milliards d'euros.


Vincent Georis
vincent.georis@lecho.be
(c)- L'Echo

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés