Publicité

GDF Suez cède 10% de son parc électrique belge à E.ON

Afin d'échapper à la taxe de 250 millions d'euros sur les producteurs d'électricité d'origine nucléaire, le groupe énergétique français GDF Suez, la maison-mère d'Electrabel, a décidé de céder à E.ON, son concurrent allemand, 1.700 MW de production en Belgique et, en faible partie, aux Pays-Bas. En retour, il recevra des capacités équivalentes en Allemagne.

Photo : Gérard Mestrallet

Bruxelles (L'Echo) - Changement majeur dans le paysage énergétique belge. Ce midi, Gérard Mestrallet, CEO de GDF Suez, et Jean-Pierre Hansen, patron de l'énergie et de la filiale Electrabel, ont proposé au conseil d'administration du groupe un projet d'échange de capacités entre la Belgique et l'Allemagne.

GDF Suez cède 1.700 MW de production en Belgique - soit 10% - et, en faible partie, aux Pays-Bas, et en retour reçoit des capacités équivalentes en Allemagne. L'accord définitif devrait être signé dans le courant de l'année 2009.

" Nous aurons alors respecté l'ensemble de nos engagements vis-à-vis de la 'Pax Electrica 2', nous pouvons espérer que le gouvernement belge en fera autant ", a commenté Gérard Mestrallet.

En clair, il espère voir tomber la taxe de 250 millions d'euros sur les producteurs d'électricité d'origine nucléaire que le gouvernement fédéral a inscrite au budget 2008. En contrepartie de la "Pax 2", le groupe franco-belge a en effet reçu de la part du gouvernement Verhofstadt, en 2006, la promesse de ne pas voir votées des mesures "discriminatoires" contre Electrabel.

Quels sont les termes de l'échange ? L'ensemble de l'opération se fera sous forme d'échange d'actifs. Pas question de verser un euro de part ou d'autre.

GDF Suez :

  •  vend les centrales de Vilvorde (gaz) et Langerlo (charbon et biomasse) pour un total de 941 MW dont 132 MW hydrauliques ;
  •  accorde des droits de tirage au niveau des centrales nucléaires de Tihange 1 (184 MW), Doel 1 (150 MW) et Doel 2 (166 MW) ;
  • fournit 270 MW de capacité en provenance de centrales thermiques au Pays-Bas aux mêmes conditions que les MW nucléaires.

E.ON :

  • vend trois centrales en Allemagne pour un total de 991 MW ;
  • accorde des droits de tirage dans trois centrales nucléaires allemandes pour un total de 700 MW.

Les accords tiennent compte des possibilités de fermeture des trois centrales belges en 2015 et de la fin programmée du nucléaire en Allemagne. Gérard Mestrallet s'est déclaré satisfait d'un accord qui permet à GDF Suez de s'orienter de plus en plus vers l'image d'un groupe énergétique paneuropéen.

A l'horizon 2010, le groupe français estime qu'il ne devrait plus représenter que 50% de la capacité de production belge avec un potentiel de 10.500 MW. La dernière mesure de la " Pax Electirca 2", signée dans la foulée de la fusion GDFSuez, exigeait qu'il cède 15% de capacité de production à un énergéticien étranger pour renforcer la concurrence dans le paysage belge.


Jean-Michel Lalieu

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés