La libéralisation de l'énergie a continué à progresser en 2006

En 2006, 87,4 % du marché de l'électricité (en volume) et 90,3 % du marché du gaz naturel (en volume) étaient libéralisés, les derniers clients captifs étant exclusivement constitués des clients résidentiels et assimilés de Bruxelles et de Wallonie. Ces derniers bénéficient toutefois de la libéralisation depuis le 1er janvier 2007.

(belga) Dans ce contexte, les marchés bruxellois et wallon de l'électricité et du gaz naturel ont connu une année 2006 de transition, dans l'attente de la dernière phase de libéralisation, selon l'aperçu statistique publié chaque année par les 4 régulateurs du secteur (CREG, VREG, CWAPE et IBGE).

En terme de chiffres, le volume total de fourniture d'électricité dans la région de Bruxelles-Capitale a progressé de 1,4 % entre 2005 et 2006, le volume d'électricité fourni sur le marché libéralisé ayant quant à lui enregistré une croissance de 3,5 % au cours de la même période. Le volume de gaz fourni sur le marché libéralisé a de son côté frémi de 0,5 % pour un total de fourniture en hausse de 2,2 %.

A noter par ailleurs que la part de marché global des fournisseurs alternatifs est passée de 6,2 à 12,4 % du marché libéralisé entre 2005 et 2006. Constat identique en région wallonne où le marché captif représentait encore, au 31 décembre 2006, près de 60 % des volumes livrés et plus de 98 % des clients. "La progression du nombre de clients libéralisés sur le marché wallon de l'électricité observée au cours de l'année 2006 s'inscrit dans la continuité de la tendance amorcée en 2005", ont souligné les régulateurs. Et de poursuivre: "la belle progression du nombre de clients basse tension libéralisés s'y est encore accentuée, leur nombre s'étant vu multiplié pratiquement d'un facteur 6 au cours cet exercice pour approcher les 150.000 unités.

Cette augmentation est plus généralement liée au choix des clients résidentiels d'opter pour un fournisseur titulaire d'une licence verte qu'aux demandes d'éligibilité de clients professionnels raccordés sur les réseaux de distribution". C'est le groupe SPE qui a enregistré le plus grand nombre de clients basse tension libéralisés (+/- 90.000) en raison de l'absorption de CITY POWER. Quant à la plus forte progression, elle a été réalisée par ESSENT, avec un portefeuille multiplié par plus de 60 et près de 38.000 clients. "Globalement, la quantité totale d'énergie livrée aux clients libéralisés s'est accrue de 9 % pour atteindre 16.315 GWh en 2006", ont poursuivi les régulateurs en notant également le tassement des fournitures d'Electrabel et de EDF tandis que SPE enregistrait la progression la plus sensible. Quant à la Flandre, elle a vu disparaître certains acteurs (Luminus, City Power et ALG Negoce). Trois ans et demi après la libéralisation complète du secteur, 4 clients sur 5 y ont signé un contrat avec un fournisseur de leur choix (contre 70 % à la fin de 2005).

Par ailleurs, au niveau national, 2006 aura également été marquée par la fusion annoncée entre Suez et Gaz de France. "Si il a effectivement lieu, c'est cet événement qui aura, dans un futur proche, les conséquences les plus significatives au niveau du marché belge de l'énergie", ont encore rappelé les régulateurs. Autre élément marquant de l'année écoulée: la SPE a formellement absorbé, le 31 juillet dernier, les sociétés Luminus, City Power et ALG Négoce tandis que, dans le même temps, ALE Trading était dissoute.

Enfin, Essent et Nuon ont fait part, le 1er février 2007, de leur intention de procéder à une fusion. A l'heure actuelle, "aucune autre information concrète n'est disponible" sur ce dossier, ont conclu les régulateurs.

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect