"Perspectives incertaines": Shell poursuit sa restructuration

©REUTERS

Shell annonce son intention de poursuivre en 2010 les restructurations entamées l'an passé. Le bénéfice net ajusté des coûts courants a chuté de 75%, en raison d'une baisse de 2% de la production.

(AFP) -Royal Dutch Shell a annoncé jeudi qu'il allait poursuivre ses efforts de restructuration en 2010, sur fond de perspectives économiques "incertaines", et après un exercice 2009 marqué par une chute spectaculaire des bénéfices.


Sur le seul quatrième trimestre 2009, le groupe a dégagé un bénéfice net part du groupe de 1,96 milliard de dollars, contre une perte nette de 2,81 milliards un an plus tôt, qui était due à des éléments exceptionnels. Sur l'année, il s'est effondré de 52% à 12,52 milliards.

Le bénéfice net ajusté des coûts courants, mesure préférée des analystes pour évaluer la performance opérationnelle du groupe, a quant à lui chuté de 75% sur le trimestre, à 1,18 milliard de dollars. Sur l'ensemble de 2009, il a dégringolé de 69% à 9,8 milliards.

Cette nouvelle chute du bénéfice trimestriel est due à une baisse de 2% de la production d'hydrocarbures de Shell, tombée à 3,331 millions de barils équivalent pétrole par jour, et surtout à la crise économique, qui a fait dégringoler les marges de raffinage et les prix du gaz, alors que les cours du pétrole brut avaient au contraire fortement remonté par rapport à un an plus tôt.

Le nouveau directeur général du groupe, Peter Voser, qui a pris ses fonctions l'an dernier, a dit ne pas compter sur une reprise économique rapide, et a qualifié les perspectives pour 2010 d'"incertaines". L'ex-directeur financier a annoncé dans la foulée qu'il allait poursuivre la politique de réduction des coûts qu'il avait mise en place à son arrivée aux commandes de Shell.


Le plan de restructuration "transition 2009", lancé l'an dernier, est désormais achevé. Il a déjà permis de réduire les effectifs de 5.000 postes et de dégager plus de 2 milliards de dollars d'économies annuelles, a précisé M. Voser. Mais le groupe ne compte pas s'arrêter là et prévoit de supprimer encore 1.000 emplois cette année, avec comme objectif de réaliser "au moins un milliard de dollars" d'économies supplémentaires.

Shell compte également poursuivre ses cessions d'actifs, et en particulier le recentrage de ses activités de raffinage, confrontées à un environnement "difficile". Il a précisé avoir vendu pour 1,2 milliard de dollars d'actifs dans sa division raffinage l'an dernier, portant le total depuis cinq ans à 11 milliards de dollars, et a rappelé avoir décidé au début de l'année de fermer sa raffinerie de Montréal Est, au Canada.
Ces cessions d'actifs dans le raffinage vont continuer en 2010, le groupe envisageant de céder encore jusqu'à 15% de ses capacités de raffinage (environ 560.000 barils par jour), ainsi que certaines activités de distribution ciblées.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés