Rebond de la demande de pétrole en 2010 (AIE)

©Photo News

L'Agence internationale de l'énergie s'attend à ce que la demande mondiale de pétrole rebondisse de 1,7% cette année. Cette évolution sera à mettre au crédit de la soif des pays émergents. En Europe et aux Etats-Unis, la consommation de pétrole devrait rester très faible, malgré la vague de froid de ces dernières semaines.

(AFP) - L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que la consommation mondiale de pétrole devrait rebondir de 1,7% en 2010, entièrement soutenue par la demande des pays émergents et de l'Asie, après avoir reculé de 1,5% en 2009, selon son rapport mensuel publié vendredi.

L'agence, qui représente les intérêts des pays industrialisés, prévoit que le monde consommera 86,3 millions de barils par jour (mbj) en 2010, contre 84,9 mbj en 2009. Ces prévisions sont quasiment inchangées par rapport à son précédent rapport du mois de décembre.

"La croissance de la demande provient entièrement des pays non membres de l'OCDE" (Organisation de coopération et de développement économique), tels que les pays de l'ex-Union soviétique, l'Amérique latine et l'Asie, souligne l'AIE.

L'Agence, qui a son siège à Paris, a revu en hausse de 80.000 barils par jour (bj) sa prévision de demande pour la Chine.
Dopée par un boom des ventes de voiture, la consommation chinoise aurait ainsi progressé de 7,2% en 2009 (à 8,5 mbj) et devrait encore progresser de 4,3% en 2010.

Stabilisation de la consommation dans l'OCDE

En Europe et Amérique du Nord, la consommation d'or noir devrait au contraire rester très faible, malgré un début d'hiver froid.
"La vague de froid qui a frappé l'hémisphère Nord dans les dernières semaines a conduit beaucoup d'observateurs à prédire un bond de la demande de pétrole", remarque l'AIE.
Cependant, "un tel raisonnement oublie le fait" que le pétrole représente une part de plus en plus faible dans le chauffage et la production d'électricité des pays de l'OCDE, souligne l'Agence. L'AIE s'attend ainsi à une stabilisation de la demande dans les pays de l'OCDE en 2010, après une baisse de 4,4% en 2009.

Face à cette demande de plus en plus faible dans les pays riches, les producteurs d'or noir tentent d'envoyer une plus grande partie de leurs barils vers l'Orient, souligne l'AIE.

L'Arabie saoudite a ainsi annoncé à ses clients européens qu'ils ne recevraient plus de brut lourd en 2010 et que celui-ci serait désormais destiné à l'Asie.
Par ailleurs, la Russie a mis en service fin décembre le premier tronçon de l'oléoduc Sibérie-Pacifique, qui va à terme alimenter l'Asie en brut russe.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés