Publicité

USA: appel à sanctionner les compagnies pétrolières liées à l'Iran

La commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants vise implicitement des sociétés européennes comme Total.

(AFP) La commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants a adopté mardi une proposition de loi appelant l'administration américaine à sanctionner les compagnies pétrolières étrangères liées à l'Iran, visant implicitement des sociétés européennes comme Total.

Ce texte, adopté par 37 voix contre une, accuse Téhéran d'utiliser l'argent provenant des investissements étrangers dans le domaine énergétique pour financer ses activités nucléaires et des activités "terroristes".

"Les investissements dans le secteur pétrolier en Iran permettent à ce pays de financer son programme d'armes nucléaires, d'armer les insurgés qui combattent les forces américaines et d'aider le Hezbollah et le Hamas", a estimé le démocrate Gary Ackerman. "Les investissements étrangers en Iran reviennent à financer le terrorisme et à attaquer les Américains", selon lui.

Aucune compagnie pétrolière américaine n'est présente en Iran, laissant le champ libre à des sociétés européennes et japonaises.

Le président démocrate de la commission, Tom Lantos, a accusé l'administration Bush d'être trop laxiste, en ne sanctionnant jamais les compagnies étrangères. "Il est temps pour l'Europe de cesser d'investir dans l'industrie énergétique en Irak et notre loi y contribuera", a-t-il précisé. "Nous voulons des sanctions, pas des balles" pour faire prévaloir la diplomatie, a renchéri le républicain Chris Smith.

EN 1996, les Etats-Unis avaient prévu des sanctions contre les compagnies pétrolières liées à l'Iran mais le gouvernement d'alors avait choisi en 1998 de ne pas les appliquer à l'Union européenne.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés