Veolia veut vendre Aquiris depuis six mois

Il est de plus en plus clair que cette station présente de sérieux problèmes. Selon un rapport d'audit, Aquiris reçoit chaque année environ 50 millions d'euros de Bruxelles et de la Flandre. Le bénéfice net de 4 millions d'euros ne suffit pas à financer les investissements complémentaires nécessaires.

Bruxelles (L'Echo/De Tijd) -  La station d'épuration Aquiris, filiale à 100% du groupe français Veolia Environnement, est en difficulté depuis plus de six mois. Sa société mère souhaite la vendre depuis l'été dernier.

Il est de plus en plus clair que cette station présente de sérieux problèmes. Selon un rapport d'audit, Aquiris reçoit chaque année environ 50 millions d'euros de Bruxelles et de la Flandre. Le bénéfice net de 4 millions d'euros ne suffit plus à financer les investissements complémentaires nécessaires.

Veolia ne peut pas se permettre la faillite d'Aquiris. Le géant français, numéro un mondial des déchets et du traitement des eaux, détient  des dizaines de stations d'épuration dans le monde. Stations qui ont été construites selon le principe Buil Operate Transfer (BOT). Un tel contrat prévoit un contrat d'entretien pour une période de 10 à 20 ans.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés