ABN Amro renonce à soumettre toute nouvelle offre d'achat à son feu vert préalable

ABN Amro renonce à soumettre une nouvelle offre d'achat la visant à l'accord préalable de sa direction et donnera accès à son administration comptable au consortium Royal Bank of Scotland-Fortis-Santander.

(l'echo) La banque néerlandaise ABN Amro renonce à soumettre une nouvelle offre d'achat la visant à l'accord préalable de sa direction et donnera accès à son administration comptable au consortium Royal Bank of Scotland-Fortis-Santander, a-t-elle annoncé vendredi.

ABN Amro reproche au trois banques "leur manque de volonté de poursuivre les discussions sur une base positive", mais s'engage "malgré tout à analyser la proposition du consortium de manière constructive", dit-elle dans un communiqué.

"Pour faciliter les discussions, ABN Amro a décidé de renoncer à son feu vert préalable et de permettre au consortium d'acceder à sa comptabilité", poursuit-elle.

En dépit de la clausule d'accord préalable décrétée initialement par le banque néerlandaise, le consortium de banques européennes composé de Royal Bank of Scotland (RBS), la belgo-néerlandaise Fortis et l'espagnole Santander (SCH), s'était montré déterminé à lancer une offre d'achat hostile et avait de manière informelle mis sur la table 72 milliards d'euros mercredi, face aux 67 milliards proposés par Barclays et acceptés par ABN.

ABN Amro ne voulait d'abord permettre aux trois banques d'analyser sa comptabilité que si le consortium s'absenait de toute offre pendant douze mois.

ABN Amro semble donc adopter un ton plus conciliant envers le consortium, alors que jeudi sa direction s'était fait bousculer par une assemblée générale de ses actionnaires qui l'a enjoint de favoriser un rachat de la banque par le plus offrant.

Le direction de la banque a pour sa part répété que sa préférence va vers l'accord de rachat, présenté comme une fusion, négocié avec la britannique Barclays.

Samedi, l'Association de petits porteurs VEB entamera devant le tribunal de commerce d'Amsterdam une action en justice pour obtenir que les actionnaires soient consultés sur la vente de la filiale américaine d'ABN Amro, LaSalle, au coeur de l'affaire, ce que refuse la direction.

Promise à Bank of America pour 21 milliards de dollars dans le cadre de l'accord passé avec Barclays, LaSalle intéresse beaucoup Royal Bank of Scotland (RBS).

Le consortium a souligné que sa décision de lancer une OPA répondait aux termes de l'accord de vente de LaSalle à Bank of America, perçu sur le marché comme une "pilule empoisonnée" aux dépens de RBS.

Selon cet accord, les candidats à la reprise de LaSalle ont jusqu'au 6 mai pour se déclarer, mais Bank of America aura ensuite cinq jours pour égaler l'offre plus élevée, ce qui lui suffira pour l'emporter.

Publicité
Publicité

Echo Connect