BNP Paribas: résultats trimestriels en forte hausse, intégration réussie de BNL

Le groupe bancaire français BNP Paribas a enregistré au premier trimestre un bénéfice net en forte hausse de 24,5% à 2,507 milliards d'euros, soutenu par l'italienne BNL et des performances inattendues en banque de détail.

(afp) Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) affiche une progression de 20,5% à 8,2 milliards d'euros. Ces chiffres sont très nettement supérieurs au consensus des analystes établi par Thomson IBES, qui tablait sur un chiffre d'affaires de 7,611 milliards et un bénéfice net de 2,007 milliards d'euros.Les résultats de BNP Paribas bénéficient d'un effet de périmètre important avec l'intégration de la banque italienne BNL (Banca Nazionale del Lavoro), dont l'acquisition n'a été finalisée qu'au deuxième trimestre 2006. BNL a réalisé un chiffre d'affaires de 638 millions d'euros au premier trimestre, en hausse de 7,8% et surtout un bénéfice avant impôt en progression de 49% à 143 millions d'euros."Le succès de l'intégration de BNL est démontré de façon rapide et incontestable", a déclaré à l'AFP le directeur général de BNP Paribas, Baudouin Prot.

"On est plutôt en avance et au-dessus de ce qu'on avait annoncé", a-t-il ajouté.BNP Paribas précise que les synergies nées de l'intégration de BNL atteignent déjà 181 millions d'euros, soit 38% de l'objectif de 480 millions d'euros fixé pour la fin 2009.L'autre point marquant de ces résultats concerne la banque de détail en France, dont le chiffre d'affaires est en hausse de 4,1% hors effets PEL/CEL (reprise de provisions), à 1,499 milliard d'euros. "Tout le monde nous attendait en disant: les 4% en France, ils ne les feront pas. On est à 4,1%, mieux qu'attendu", a dit M. Prot.En intégrant les effets PEL/CEL, la croissance n'est malgré tout que de 1,5% à 1,526 milliard d'euros et la marge d'intérêt est en recul de 4,3%.

BNP Paribas revendique également 80.000 nouveaux comptes de particuliers sur la banque de détail en France au premier trimestre, ce que M. Prot qualifie de "performance exceptionnelle", précisant qu'"il y a cinq ans, on en gagnait 70.000 par an". "Il apparaît qu'on est généralement moins cher que les mutualistes dans les campagnes et dans les villes", a-t-il précisé pour justifier les ouvertures de comptes."Il y a deux ou trois choses dans ces résultats que je n'attendais pas", a déclaré M. Prot, citant principalement la banque de financement et d'investissement (BFI) et l'assurance vie en France.La BFI a ainsi connu une croissance de 5% à 2,396 milliards d'euros, alors même que la base de comparaison du premier trimestre 2006 "avait bénéficié d'un environnement très favorable", selon le communiqué.Quant à l'assurance vie en France, la collecte s'est "maintenue au niveau record du premier trimestre 2006", selon le communiqué."Faire mieux en collecte d'assurance vie ce trimestre, c'est une performance que je trouve exceptionnelle. La performance du réseau va apparaître très vite comme meilleure que celle du marché", a affirmé M. Prot. La Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA) a ainsi fait état d'une baisse de 6% pour le secteur au premier trimestre.

L'assurance s'inscrit dans le troisième grand pôle d'activité du groupe, celui de gestion d'actifs, baptisé Asset Management and Services, qui complète les deux premiers, banque de détail et banque de financement et d'investissement. Ce pôle a connu une hausse de 21,9% de son chiffre d'affaires, à 1,26 milliard d'euros. "On est parti pour faire une très belle année" sur cette activité, a annoncé M. Prot.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés