Bois Sauvage va émettre du papier commercial

Le holding Bois Sauvage a annoncé son intention d'émettre un programme de billets de trésorerie pour un montant maximal de quelque 50 millions d'euros. Par ailleurs, le groupe a rassemblé une série de participations au sein de Metrobel.

Le holding Bois Sauvage prépare activement un programme de " commercial paper " (billets de trésorerie) d'un montant maximal de 50 millions d'euros. Le papier commercial permet un financement à court terme auprès d'investisseurs variés.

Ce programme entre dans le cadre d'échéances bancaires et obligataires auxquelles Bois Sauvage doit faire face et qui, fin 2008, atteindront un montant de 115 millions d'euros. " Nous examinons actuellement toutes les possibilités en plus du papier commercial, nous a précisé Vincent Doumier, l'administrateur délégué de Bois Sauvage. Mais il est presque certain que cela se traduira par une opération en 2007 et une autre en 2008. "

Le rapport annuel 2006 nous apprend par ailleurs que le holding a rassemblé une série de ses participations au sein de Metrobel, une ancienne société immobilière devenue société à portefeuille. On y retrouve des actions de Chemcom (communication chimique), d'Euroscreen (récepteurs cellulaires), H-Phar (recherche dans le traitement du sida), Nanocyl (nanotubes de carbone) et XDC (numérisation des salles de cinéma).

" Nous avons regroupé dans Metrobel des participations dans des entreprises actives dans le secteur de la biotechnologie au sens large, nous a expliqué Vincent Doumier. Nous avons fixé une enveloppe budgétaire de 10 millions d'euros. Avec 838 millions d'actifs, nous estimons que Bois Sauvage peut pendre des risques dans des activités qui lui semblent intéressantes. " Mais cela se fait avec le partenaire Floridienne, un spécialiste dans ce domaine, qui, s'il n'est pas présent dans le tour de table de Metrobel, est toutefois actionnaire des entités susmentionnées. Outre une lisibilité plus grande cette nouvelle structure permettra aussi de bénéficier d'opportunités comme les intérêts notionnels.

En 2006, le portefeuille de trésorerie de Bois Sauvage a connu quelques modifications notables par rapport à celui de l'exercice précédent. On constate ainsi que les positions en KBC et en Total ont nettement été renforcées. Elle a doublée pour le groupe de bancassurance et a été multipliée par plus de 7 pour le pétrolier français à 340.000 actions. Par contre, la position en Suez et passée de 901.038 titres fin 2005 à 171.038 titres fin 2006. " Nous avons réalisé assez bien de trading sur la valeur, nous a confié l'administrateur délégué. Depuis le début de l'année nous sommes remontés à quelque 400.000 actions. "

A partir de son portefeuille titres, Bois Sauvage fait du trading sur produits dérivés (émissions d'options). Une activité hautement profitable l'an dernier avec un résultat record de 12,4 millions d'euros (sur un résultat total de 64,13 millions) contre 4,9 millions un an auparavant.

Cela explique sans doute en partie la hausse des rémunérations accordées au comité exécutif (3 personnes sans compter le CEO). Elles sont passées de 718.404 euros à 1.065.569 euros en 2006. Vincent Doumier a perçu de son côté 303.307 euros contre 227.337 un an auparavant. Par contre, la rémunération brute des administrateurs composée d'une part fixe (5.000 euros) et d'une part variable liée au bénéfice distribué annuellement s'affiche en retrait. Le conseil, composé d'une dizaine de membres, a perçu un total de 310.395 euros contre 333.523 en 2005.

Stéphane Wuille

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect