Bridgewell a perdu du poids en 2006

Officiellement en vente depuis 3 semaines, le groupe londonien affiche une capitalisation boursière de près de 52 millions de livres sterling (76,32 millions d'euros), moins de 7 ans après sa création.

(l'echo) La banque d'investissement britannique Bridgewell, que Fortis convoiterait, tout comme une quinzaine d'autres institutions financières, s'échange actuellement à 126 pences (1,85 euros) par action sur l'AIM, le segment de la Bourse londonienne spécialisé dans les valeurs à forte croissance.

Par rapport à son prix d'introduction (140 pences), qui lui a permis de lever 8,2 millions de pences le 6 juin 2006, Bridgewell a perdu 10% de sa valeur. Son plus haut "historique"? 150,5 pences par titre. Son plus bas? 95 pences.

Bridgewell, qui occupe environ 130 personnes, spécialisées dans les petites et moyennes valeurs, opère pour environ 85 clients, dont la moitié sont cotés en Bourse. Son département d'analyse couvre par ailleurs 225 groupes, au travers de 10 secteurs, affirme son site internet.

En 2006, Bridgewell a essuyé une perte nette de 0,3 million de livres, contre un bénéfice de 2,3 millions de livres en 2005. Avant impôts, son résultat a atteint 1 million de livres, contre 3,4 millions de livres un an plus tôt, alors que son profit sous-jacent est passé de 4,8 à 4,5 millions de livres.

Le capital de Bridgewell, qui flotte en Bourse pour plus de la moitié, est très largement ventilé. Une dizaine de groupes, de fonds et d'investisseurs détiennent plus des 3% du capital, ce qui les a contraint de rentrer une déclaration de transparence auprès des autorités de marché.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés