Citigroup pourrait supprimer jusqu'à 26.000 emplois

Citigroup Inc., le plus gros groupe bancaire des Etats-Unis, pourrait supprimer jusqu'à 26.000 emplois, alors que l'entreprise cherche à diminuer ses dépenses annuelles de plus d'un milliard de dollars (750 millions d'euros).

(afp) Le géant bancaire américain Citigroup pourrait annoncer mercredi jusqu'à 26.000 suppressions d'emplois dans le cadre d'une restructuration destinée à améliorer sa compétitivité, rapportent mardi plusieurs médias américains.

Citigroup a annoncé une conférence téléphonique mercredi à 08H00 locales (12heures ) pour faire un point sur sa "structure de coûts fixes", sans plus de précisions.

Le marché s'attendait mardi à des suppressions allant de 15.000 à 26.000 postes, selon différentes sources, soit une coupe d'environ 5 à 8% dans les effectifs de 327.000 personnes du premier groupe bancaire mondial. La chaîne financière CNBC a même évoqué 45.000 suppressions.

A la Bourse de New York, l'action Citigroup prenait 0,21% à 51,69 dollars lors des échanges électroniques précédant l'ouverture du marché.

L'annonce n'est pas nouvelle, et la presse américaine faisait déjà état en mars de la mise au point d'un plan de restructuration, avec la possibilité de 15.000 suppressions d'emplois pour économiser 1 milliard de dollars.

Les économies les plus drastiques sont attendues dans la branche de détail et dans la banque d'investissement, a rapporté le New York Times.

Cette restructuration intervient à un moment où la taille de Citigroup --pionnier des services bancaires intégrés allant de la banque de détail aux activités de conseil, de gestion de portefeuille et de banque d'investissement-- est jugée par certains analystes comme un frein à l'innovation et à la performance.

Parmi les principaux problèmes du groupe figurent les nombreux niveaux hiérarchiques et un trop grand nombre de bureaux, rappelle le site financier Briefing.com.

En 2006, les dépenses opérationnelles de Citigroup ont augmenté de 15% à 52 milliards de dollars, alors que le groupe a vu son bénéfice net reculer de 12% à 21,5 milliards, pour un chiffre d'affaires de 146,5 milliards, en hausse de 21%.

Pour le premier trimestre, les analystes s'attendent à un tassement de la rentabilité de Citigroup, avec un bénéfice net par action attendu autour de 1,10 dollar en moyenne, contre 1,11 à la même période de 2006. Citigroup doit publier ses résultats lundi prochain.

Photo belga

Publicité
Publicité

Echo Connect