Publicité

Cofinimmo discute maisons de repos avec les CPAS

Alors que l'immobilier fédéral passe de plus en plus dans les mains du secteur privé, le patrimoine immobilier des pouvoirs locaux pourrait suivre la même voie d'ici peu. La société Cofinimmo, le plus gros investisseur immobilier du pays, a en effet entamé des pourparlers avec plusieurs CPAS portant sur leur patrimoine de maisons de repos.

(belga) L'entreprise cotée au BEL 20 affirme que des contrats de vente pourraient être signés dès cette année, a-t-on appris jeudi lors de la présentation des résultats annuels de Cofinimmo.Le groupe immobilier se dit conscient de la haute sensibilité politique de ce dossier.

"Les CPAS et la privatisation, c'est difficile. Mais d'un autre côté, le citoyen ne peut accepter que les CPAS perdent de l'argent sur l'exploitation de leurs maisons de repos", a souligné Serge Fautré, administrateur délégué (CEO) de Cofinimmo, lors d'une conférence de presse.

La société immobilière assure qu'une privatisation offrira suffisamment de garanties en termes de prestations de services. "Les prix et les engagements doivent rester identiques. Nous mettrons aussi des lits à la disposition de personnes qui ne sont pas en mesure de se payer un séjour en maison de repos", a précisé M. Fautré.

Cofinimmo, qui actuellement investit surtout dans l'immobilier de bureaux, entend s'orienter davantage vers le marché des maisons de repos, actuellement très morcelé dans le pays.

"Plus on est grand, plus on est en position de force dans la politique d'achat, par exemple de produits alimentaires ou de soins", a souligné le patron de Cofinimmo. Sans compter que le vieillissement de la population contribue à la croissance du marché des maisons de repos.

Pour une société comme Cofinimmo, une maison de repos est aussi intéressante dans la mesure où elle s'apparente à un immeuble de bureaux, est souvent bien située géographiquement et dispose de contrats de location à long terme. L'intention de Cofinimmo est de ne s'impliquer que dans l'aspect immobilier, l'exploitation étant laissée à des tiers. Le groupe a prévu d'investir cette année une somme de 100 millions d'euros dans ce secteur. Les 10 maisons de repos que possède actuellement Cofinimmo représentent environ 4,5% de son portefeuille, une part que la société entend porter à terme à 10%.

Pour ce qui concerne le marché des bureaux, 2007 devrait, pour la première fois depuis plusieurs années, être marquée par un redressement. "Le marché immobilier réagit toujours avec un temps de retard à la reprise économique. Nous remarquons ainsi que nombre de nos clients cherchent à s'étendre", a indiqué Serge Fautré.

Mais d'un autre côté, une pression continue de s'exercer sur les prix. L'inoccupation atteint environ 10% du marché, affirme Confinimmo, ajoutant que plusieurs de ses concurrents investissent dans de nouveaux immeubles de bureaux en se basant sur la spéculation.

Le groupe a par ailleurs renégocié les contrats de location avec quelques-uns de ses gros clients, notamment Dexia et la Commission européenne. "Nous anticipons sur l'échéance de ces contrats pour les renégocier. Ils portent désormais sur une plus longue échéance, en échange d'un loyer inférieur", a expliqué le CEO de Cofinimmo.

Sur un plan d'ensemble, "il y a un besoin d'activité forte dans le secteur privé", a encore dit M. Fautré, qui décèle des signes de reprise, insuffisants toutefois pour compenser la hausse des coûts.

Cofinimmo a ainsi raté l'an dernier le rachat de Fedimmo, dont la corbeille contenait 62 immeubles appartenant aux pouvoirs publics. Selon le groupe immobilier, le prix demandé était en effet trop élevé. Cofinimmo s'est par contre porté candidat, en alliance avec le Holding Communal, au programme de rénovation des bâtiments scolaires de la communauté flamande. Au total, Cofinimmo a investi l'an dernier 162,5 millions d'euros, portant ainsi la valeur totale de son portefeuille à 2,36 milliards d'euros, soit 6,8% de plus qu'en 2005.

Le bénéfice net courant par action a atteint quant à lui 8,69 euros, soit davantage que prévu initialement et 1% plus haut que le bénéfice engrangé en 1005, a indiqué Jean-Edward Carbonnelle, directeur financier de Cofinimmo. Le résultat courant devrait atteindre 8 euros par action en 2007.

La société proposera le versement à ses actionnaires d'un dividende brut de 7,4 euros (6,29 euros nets) par action, ce qui correspondra à une redistribution de 85% du résultat courant.

(c) tijd-nieuwslijn(tel: +32 2 4231769; fax: 32 2 4231610)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés