Publicité

Des actionnaires de Fortis attaquent en justice l'Etat néerlandais

©BELGA

L'association FortisEffect, de Me de Gier, forte de 1.300 membres, va réclamer en justice 11 milliards d'euros de dédommagements à l'Etat néerlandais.

Photo : poignée de main entre les représentants du Benelux lors du démantèlement de Fortis (28 septembre 2008)

(afp) - Un avocat néerlandais représentant 1.300 actionnaires et d'importants détenteurs d'obligations du groupe de banque et d'assurances démantelé Fortis va réclamer en justice 11 milliards d'euros de dédommagements à l'Etat néerlandais, a-t-il annoncé mercredi.

"Au nom d'investisseurs belges et néerlandais, nous voulons faire établir que les actionnaires auraient dû être consultés dans la nationalisation par l'Etat néerlandais" des activités néerlandaises de Fortis, à indiqué à l'AFP l'avocat Adriaan de Gier.

"Dans une procédure séparée, nous allons réclamer des dédommagements, notamment pour les actionnaires qui ont acheté dans la première semaine d'octobre", a-t-il ajouté.

Les gouvernements du Benelux avaient d'abord injecté fin septembre 11,2 milliards d'euros dans Fortis, touché de plein fouet par la crise financière, en échange de participations dans leurs filiales bancaires respectives.

Puis le 3 octobre, les Pays-Bas ont annoncé la nationalisation des activités néerlandaises, et le 5, la banque française BNP Paribas a conclu un accord avec le gouvernement belge pour prendre le contrôle des branches en Belgique et au Luxembourg.

Après la première mesure, "le gouvernement claironnait que la banque était sauvée. De nombreuses personnes ont alors acheté des actions. Elles ont tout perdu en l'espace de quelques jours" avec la nationalisation par l'Etat néerlandais pour 16,8 milliards d'euros, a estimé Me de Gier.

L'avocat estime ces pertes à "au moins 11 milliards d'euros" et accuse l'Etat néerlandais d'avoir "sciemment trompé" les actionnaires.

L'association FortisEffect de Me de Gier compte 1.300 membres. Il représente en outre plusieurs détenteurs d'obligations de plus de 100 millions d'euros.

L'avocat compte saisir avant mi-janvier un juge des référés à La Haye et espère obtenir dès février un jugement au civil assorti d'une ordonnance de dédommagements provisoires.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés