Deutsche Bank: bénéfice net de 5 milliards en 2009

Le groupe a publié des résultats supérieurs aux attentes. Il a profité d'un effet fiscal positif exceptionnel de 554 millions d'euros au quatrième trimestre.

Deutsche Bank a réalisé son quatrième trimestre consécutif dans le vert, après avoir publié une perte annuelle historique en 2008. La première banque allemande a fait état d'un bénéfice net de 5 milliards d'euros en 2009, contre une perte de 3,9 milliards d'euros en 2008.

Au quatrième trimestre 2009, le groupe a dégagé 1,3 milliard d'euros de profit.  A la même période de l'an dernier, Deutsche Bank avait accusé une perte de 4,8 milliards d'euros. 

Les résultats sont supérieurs aux attentes des analystes interrogés par Dow Jones Newswires, qui attendaient 4,3 milliards d'euros sur l'année, et seulement 660 millions d'euros pour le quatrième trimestre, en raison d'un ralentissement de l'activité dans la banque d'investissement, le coeur de métier du groupe.

En 2008 Deutsche Bank avait été touché par la crise financière et les dépréciations d'actifs. L'an dernier, le groupe a signé à chaque trimestre un bénéfice supérieur à un milliard d'euros, grâce à un retour à meilleur fortune de ses activités de banque d'investissement.

Fort de sa performance, Deutsche Bank va proposer un dividende de 0,75 euro par action au titre de 2009, contre 0,50 euro pour 2008.

Tendance à la reprise

"Concernant l'avenir, nous constatons une tendance nette à la reprise et à la stabilisation des marchés financiers, même s'il faudra du temps pour que les effets de la crise récente se dissipent", a déclaré dans un communiqué le président du directoire, Josef Ackermann.

Le groupe n'a pas fait de prévision concrète pour 2010. Mais son patron a estimé que Deutsche Bank était "préparé au mieux" pour "les chances et les défis" de cette année.

Deutsche Bank comme Goldman Sachs et JP Morgan Chase, ont vu leurs bénéfices rebondir l'an dernier, emergeant de la plus grave crise financière depuis la grande dépression de 1929.

Acquisitions 

Josef Ackermann essaye de réduire la dépendance du groupe à la banque d'investissement, qui génère plus des deux tiers des profits, en procédant à des acquisitions. 

En octobre, Deutsche Bank a annoncé la reprise de Sal. Oppenheim, la plus grosse banque privée indépendante allemande. DB a également mis la mains sur les activités de banque commerciale de ABN Amro aux Pays Bas.  La banque a aussi acheté une participation dans Deutsche PostBank. 

K.T. avec AFP et Bloomberg

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés