Deutsche Börse ne veut plus du patron d'Euronext

L'opérateur de la Bourse de Francfort, Deutsche Börse, ne veut plus proposer de poste de direction au patron d'Euronext, Jean-François Théodore, si jamais la fusion avec l'opérateur paneuropéen aboutit, a-t-on appris jeudi de source proche de l'entreprise.

(AFP) "On ne peut plus donner de responsabilités à quelqu'un qui met visiblement tout en oeuvre pour faire capoter l'opération", a expliqué cette source. Le groupe allemand tente depuis plusieurs semaines de persuader Euronext, qui regroupe les Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne de l'intérêt d'un rapprochement. Mais la direction de l'opérateur paneuropéen privilégie pour l'instant une offre concurrente de la Bourse américaine, le New York Stock Exchange (Nyse). Un accord préalable de fusion a même été signé entre les deux groupes. En début de semaine, Deutsche Börse a mis sur la table une nouvelle offre, améliorée, qui a été une nouvelle fois rejetée par son concurrent. Le groupe allemand s'est refusé à tout commentaire. Un porte-parole a simplement fait valoir que dans sa dernière offre, Deutsche Börse ne mentionnait plus le nom du dirigeant français. Fin mai, il proposait encore de confier à M. Théodore la direction du nouveau groupe jusqu'en 2008 en cas de fusion. Selon le Financial Times Deutschland, l'opérateur allemand juge que le patron français a déformé ses arguments pour faire capoter l'option Deutsche Börse et convaincre ses actionnaires et utilisateurs de l'intérêt d'un mariage avec le Nyse. Deutsche Börse reproche notamment à Jean-François Théodore de l'avoir accusé de vouloir centraliser en cas de fusion les fonctions de direction en Allemagne, alors qu'il a fait une série de concessions en proposant de répartir les fonctions centrales entre Francfort, Amsterdam et Paris.

(Photo: Belga)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés