Dopée par les résultats, Wall Street approche des 13.000 points

L'indice des 30 valeurs vedettes de la cote américaine a terminé en hausse à 15 reprises sur les 16 dernières séances et évolue désormais à des niveaux records. Le SP 500 lui est à son plus haut depuis plus de six ans et à une cinquantaine de points seulement de son record historique, atteint en mars 2000.

(afp) Dopée par les profits des grands groupes américains au premier trimestre, Wall Street est remontée à des niveaux records, son indice vedette, le Dow Jones, s'approchant même du seuil inédit des 13.000 points, alors que de nombreux résultats doivent encore être publiés.

Sur la semaine écoulée, l'indice des 30 valeurs vedettes, le Dow Jones Industrial Average (DJIA), a engrangé 2,77% pour terminer vendredi à 12.961,98 points, un record de clôture.

L'indice composite du Nasdaq a quant à lui gagné 1,38% sur la semaine, pour clôturer à 2.526,39 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 (SP 500) a enfin avancé de 2,17%, finissant la semaine à 1.484,35 points.

Sur le marché obligataire, le taux de rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 4,672% contre 4,761% vendredi dernier et celui à 30 ans à 4,845% contre 4,926%.

L'indice des 30 valeurs vedettes de la cote américaine a terminé en hausse à 15 reprises sur les 16 dernières séances et évolue désormais à des niveaux records. Le SP 500 lui est à son plus haut depuis plus de six ans et à une cinquantaine de points seulement de son record historique, atteint en mars 2000.

Lors de la semaine écoulée, "le marché a progressé sur fond de résultats étonamment robustes", a souligné Owen Fitzpatrick, analyste à la Deutsche Bank.

Parmi les composants du Dow Jones ayant publié leurs résultats cette semaine, tous ont dépassé les prévisions des analystes: le groupe Coca-Cola, la banque JPMorgan Chase, le groupe pharmaceutique Johnson and Johnson, le leader mondial des puces électroniques Intel, le groupe diversifié United Technologies, le fabricant de matériel de chantier Caterpillar, le géant bancaire American Express et le groupe de défense Honeywell.

"Si nous continuons à voir le type de résultats que nous avons eus jusqu'à présent, je pense que le marché va monter un peu plus encore la semaine prochaine", a pronostiqué M. Fitzpatrick.

Parmi les grandes sociétés à publier lors des 7 jours à venir, figurent notamment AT&T, Ford et Dupont (mardi), Boeing, Colgate-Palmolive et ConocoPhillips (mercredi) ainsi qu'AIG, 3M, ExxonMobil et Microsoft (jeudi).

Malgré cette avalanche de résultats, les investisseurs pourraient cependant quand même s'attarder quelques instants sur la première estimation de la croissance économique américaine au premier trimestre, attendue vendredi. Le PIB devrait avoir progressé de 1,9% en rythme annualisé, selon le consensus des analystes.

Parmi les autres indicateurs notables, l'indice de confiance du Conference Board (mardi), les ventes de logements (mardi et mercredi) et les commandes de biens durables (mercredi) pourraient aussi recevoir quelque attention.

Mais selon M. Fitzpatrick, les indicateurs macro-économiques devraient être éclipsés par les résultats.

"Je pense que nous reviendrons à un marché dominé par les chiffres économiques à la fin de la saison des résultats. L'environnement sera alors plus difficile pour le marché car les derniers chiffres indiquaient un ralentissement de l'économie", a-t-il estimé.

Dernière incertitude: le dollar. Il décline régulièrement face aux principales devises et s'approchait de son plus bas historique face à l'euro vendredi, évoluant autour de 1,36 dollar pour un euro.

"La faiblesse du dollar est une bonne chose, selon nous, car il réoriente la demande d'une Europe forte vers des Etats-Unis faibles, mais les taux de change semblent avoir moins d'impact sur l'économie que par le passé", ont souligné les analystes de la banque Lehman Brothers.

Publicité
Publicité

Echo Connect