Euronext rejette les avances de Deutsche Börse

La Bourse paneuropéenne Euronext a rejeté mercredi les dernières propositions de fusion de Deutsche Börse.

(afp) La Bourse paneuropéenne Euronext a rejeté mercredi les dernières propositions de fusion de Deutsche Börse, opérateur de la Bourse de Francfort, considérant qu'elles n'apportaient "aucun élément nouveau", et a dit s'en tenir à son mariage avec la Bourse de New York (Nyse). "Il n'y a aucun élément nouveau dans le communiqué de Deutsche Börse et cela ne change donc rien: nous considérons que le rapprochement avec le New York Stock Exchange (Nyse) constitue la meilleure opération tant à la fois pour nos actionnaires que pour nos utilisateurs, et est la plus porteuse de valeur pour l'Europe", a déclaré à l'AFP Antoinette Darpy, porte-parole du groupe. "Les propositions correspondent dans les grandes lignes à celles déjà transmises par Deutsche Börse, qui avaient été examinées par le conseil de surveillance d'Euronext du 22 mai (et rejetées par ce dernier au profit d'une offre concurrente du Nyse, ndlr) et présentées lors de l'assemblée générale du 23 mai", a-t-elle ajouté. Deutsche Börse avait présenté lundi des concessions de taille pour convaincre Euronext, qui veut fusionner avec la Bourse de New York et a déjà rejeté à plusieurs reprises ses avances. Francfort a proposé notament de relever la composante en liquide de son offre et de partager le siège opérationnel entre Paris, Francfort et Amsterdam. Mais Euronext rejette en bloc ces concessions, considérant qu'elles reprennent des propositions anciennes, les seuls aspects nouveaux étant mineurs ou trop imprécis, comme la proposition de créer une coentreprise avec le groupe Atos Origin, son partenaire actuel en matière de technologies. En matière de répartition des activités, "le seul élément nouveau porte sur la fonction de +risk management+ (gestion des risques, ndlr) qui serait à Paris et non plus à Francfort, mais les postes clés que sont la direction générale et la direction financière restent tenus par les gens de Deutsche Börse basés à Francfort", explique-t-on notamment du côté de l'opérateur paneuropéen. Par ailleurs, les propositions de Deutsche Börse présentent toujours d'importants risques d'exécution, critique-t-on chez Euronext, soulignant que le rapprochement proposé par Francfort aboutirait à concentrer "plus de 92% du marché des dérivés en Europe" et que les utilisateurs s'opposeraient à son modèle d'activités post-marché (règlement-livraison et compensation).

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés