Publicité

Euronext veut protéger ses licences boursières

Euronext réfléchit à la création d'une entité juridique spécifique rassemblant ses licences boursières afin de les protéger de la législation américaine, rapporte mercredi le Financial Times (FT).

(AFP) Le 2 juin, l'entreprise de marché paneuropéenne qui fédère les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, a accepté une offre de rachat de 10 milliards de dollars (7,9 milliards d'euros) émanant du New York Stock Exchange (Nyse) . L'opération a toutefois suscité des inquiétudes sur la possibilité pour les autorités de régulation américaines d'exercer leur fonction des deux côtés de l'Atlantique. Selon le FT, la nouvelle entité créée par Euronext détiendrait les droits de vote des places financières du Vieux continent tandis que les intérêts économiques resteraient du ressort de la holding de contrôle. Les discussions engagées sur ce sujet sont à un stade préliminaire et Euronext a initié des discussions avec les autorités concernées, précise le quotidien. Le gendarme boursier américain, la Securities Exchange Commission (SEC), a nié qu'une fusion entre Euronext et le Nyse étendrait ses compétences en Europe. Le patron du Nyse, John Thain, a confirmé que ce mariage n'obligerait pas les entreprises européennes à s'adapter à la législation américaine et, notamment, à la loi Sarbanes-Oxley qui accroît les contraintes comptables de transparence et la responsabilité individuelle des dirigeants.

Photo: belga)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés