Floridienne déçu des résultats en alimentaire, mais agréablement surpris par la chimie

Ce vendredi, le holding industriel Floridienne a rendu public ses résultats 2006. Le holding qui avait connu un premier semestre difficile affiche de nettes améliorations pour la deuxième moitié de l'année. Par rapport à 2005, le chiffre d'affaires recule légèrement suite notamment à la vente de Remmery. L'opérationnel et le net progressent respectivement de 29 et 19%. Ces prestations sont en ligne avec les attentes de Floridienne émises en septembre 2006. La société propose de majorer son dividende net de 9%.

Le siège de Floridienne se trouve à la Sucrerie à Waterloo

(l'écho) - Le chiffre d'affaires se situe légèrement en-dessous de celui de l'exercice 2005, lorsqu'il avait bondi de 30%, pour s'établir à 160,7 millions d'euros par rapport au 161,6 millions au 31 décembre 2005. La société avait prédit ce (quasi) statu-quo. Trois cinquièmes des recettes (92,7 millions) ont été réalisé pendant les derniers mois de 2006. "Traditionnellement, c'est la période des fêtes qui soutient nos chiffres en agro-alimentaire", a commenté Gaëtan Waucquez, le directeur financier du holding.

Le résultat opérationnel s'établit à 7,5 millions, soit une hausse de 29% par rapport au 5,8 millions enregistrés en 2005. Le net de 6,8 millions d'euros progresse de 19,2% par rapport aux 5,7 millions de l'année précédente.

Floridienne propose la distribution d'un dividende net de 1,80 euro. Il s'agit là d'une hausse de 9%. A l'issue de 2005, Flordienne avait encore majoré le dividende de 22% à 1,65 euro. "Auparavant, le dividende était fonction des performances. Désormais, nous appliquerons une stratégie avec moins de fluctuations, l'investisseur ne devra donc plus s'attendre à de grands écarts par rapport à la majoration de cette année".

Floridienne se dit déçu de son pôle alimentaire en 2006, où les chiffres ont été influencés par la déconsolidation de Remmery et des coûts non-récurrents liés à la restructuration en cours de la division des escargots. "Nous prévoyons que ces restructurations perdureront jusqu'à la fin de l'année 2007", a précisé Waucquez. Sur le bilan 2006, cela se traduit par une diminution du chiffre d'affaires de 8,6 millions et un résultat opérationnel qui se détériore de 0,9 million. Le résultat net du pôle alimentaire s'est dégradé de 1,6 million, passant de 1,3 million au 31 décembre 2005 à un résultat net négatif de 0,3 million au 31 décembre 2006.

Les chiffres du pôle chimie ont agrébalement surpris le holding. Ici, le résultat bénéficie de l'augmentation du prix des métaux qui profite avant tout aux activités de recyclage, mais également d'une hausse des volumes de vente. Si le chiffre d'affaires avance de 9,3 millions d'euros, l'opérationnel augmente seulement de 0.1 million. "Par mesure de prudence, nous avons pris une provision de près de 1 million d'euros dans le cadre du programme REACH afin de couvrir les coûts d'analyses des produits toxiques imposées à l'ensemble de l'industrie", a expliqué Waucquez. La part du résultat net s'élève dès lors à 5,1 millions d'euros au lieu de 3,4 millions au 31 décembre 2005. Cette augmentation vient principalement de l'amélioration des résultats des sociétés mises en équivalence.

Le résultat du pôle biologie et capital avance quant à lui de 1,94 millions d'euros, passant d'un résultat de 1,14 million au 31 décembre 2005 à un résultat de 3,08 millions au 31 décembre 2005. Cette performance est liée principalement à la vente de participations non stratégique (New Tree et Rulo) qui ont permis de dégager une plus-value de 1,8 millions d'euros.

Notons également que les activités secondaires (services de consultance, la gestion de la Sucrerie à Waterloo...) ont enregistré un résultat négatif de 0,5 million, dont 0,4 million sont à attribuer à la reprise des filiales de Floridienne Chimie. En 2005, le résultat des services était proche de zéro.

Comme l'an dernier, la société n'avance aucun pronostique chiffré pour l'année en cours "compte tenu de l'évolution incertaine du prix des matières premières". Floridienne s'attend tout de même à "un résultat du même ordre de grandeur que celui de 2006".

Pieter Jan Peumans

(c) TNL (tél: +32 2 4231769; fax: 32 2 4231610)

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect