Forest (P&V): «Il nous reste un trésor de guerre»

667 ©Lieven Van Assche

Le patron de P&V défend l’indépendance de son groupe, qu’il voit grandir encore après le rachat d’ING Insurance. L'intégration de celle-ci devrait être bouclée pour 2010. Et si l'opération a pesé lourd sur les comptes (750 millions d'euros, financés en partie par des assureurs coopératifs italien et français), elle n'en a pas pour autant vidé les caisses de P&V. Qui reste attentif à d'éventuelles opportunités d'acquisitions en Belgique.

Bruxelles (L'Echo) - Alors que se profile tout doucement l'heure de la retraite, Jacques Forest, le patron de P&V où il est entré il y a 28 ans, reste farouchement attaché à l’indépendance de son groupe, qu’il voit encore grandir encore après le rachat d’ING Insurance, acquise l'an dernier au nez et à la barbe de Centea, une filiale du groupe KBC.

L'intégration du réseau de courtiers d'ING devrait être bouclée d'ici la fin 2010. Et si l'opération a pesé lourd sur les comptes (750 millions d'euros, financés en partie par les assureurs coopératifs italien Unipol et français Macif et MAIF), elle 'en a pas pour autant vidé les caisses de l'assureur coopératif, affirme Jacques Forest. Qui reste attentif à d'éventuelles pportunités d'acquisitions en Belgique. Sans oublier le marché européen, au sein duqUel les sociétés coopératives seront à erme appelées à coopérer plus étroitement.

"L'intégration d'ING Insurance au sein de Vivium est moins évidente que celle de Zurich parce que cette fois, nous avons acquis une société plus importante que la nôtre. Nous avons donc opté pour une intégration plus progressive, qui devrait être bouclée d'ici 2010", explique-t-il dans une interview accordée à "L'Echo" et au "Tijd".

L'acquisition d'ING Insurance n'a pas vidé les caisses de la société, assure encore Jacques Forest, selon qui P&V reste à l'affût de l'une ou l'autre opportunité. Mais l'intégration des activités de courtage d'ING reste actuellement prioritaire.

Sur le plan social, Jacques Forest ne prévoit pas de grosses difficultés. P&V a déjà enregistré 159 départs volontaires. Et la décision de garder le siège d'ING Insurance à Anvers a soulagé un grand nombre de personnes qui craignaient de devoir effectuer des navettes quotidiennes vers Bruxelles. Vivium continuera donc de travailler à partir de deux sièges: Anvers, destiné pécifiquement à la Flandre, et Bruxelles, qui couvrira le Brabant et la Wallonie.

Interview complète dans "L'Echo" de ce vendredi 23 mai.

L.V.D.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés