Publicité
Publicité

Forest (P&V): «Il nous reste un trésor de guerre»

Le patron de P&V défend l’indépendance de son groupe, qu’il voit grandir encore après le rachat d’ING Insurance. L'intégration de celle-ci devrait être bouclée pour 2010. Et si l'opération a pesé lourd sur les comptes (750 millions d'euros, financés en partie par des assureurs coopératifs italien et français), elle n'en a pas pour autant vidé les caisses de P&V. Qui reste attentif à d'éventuelles opportunités d'acquisitions en Belgique.