Fortis toujours marqué du sceau du subprime

Les comptes 2007 étaient déjà marqués du sceau subprime. Le premier trimestre 2008 n'y échappe pas. 380 millions d'euros de dépréciations supplémentaires sur le portefeuille de crédits ont encore été actés par Fortis. Une augmentation de capital, non dilutive promet le groupe, de un milliard d'euros est annoncée pour les tous prochains jours.

Bruxelles (L'Echo) - Les comptes 2007 étaient déjà marqués du sceau subprime. Le premier trimestre 2008 confirme l'empreinte. 380 millions d'euros de dépréciations supplémentaires sur le portefeuille de crédits sont actés par Fortis. Les comptes du bancassureur reculent. Logique. Mais surtout se situent en-dessous des attentes.

Le bénéfice net, hors cession, n'atteint que 808 millions d'euros, alors que le marché tablait sur 1,027 milliard en moyenne et qu'à même époque de 2007, ce résultat atteignait encore 1,167 milliard.

Pourtant à en croire Gilbert Mittler, directeur financier: "la performance opérationnelle de Fortis est excellente dans un contexte économique difficile et les coûts sont restés sous contrôle".

  • LA BANQUE
    Fortis Banque fait face à un recul de 20% de son bénéfice net qui atteint 721 millions d'euros contre 729 attendus par le marché. En cause: 231 millions d'euros de dépréciations. Progression par contre du côté des revenus qui ont grimpé de 17%, grâce à une hausse des revenus de trésorerie.
  • L'ASSURANCE
    Fortis Insurance fait moins bien encore avec une baisse de 38% de son bénéfice net à 219 millions, là où le consensus avoisinait les 341 millions. A nouveau les dépréciations d'actifs -149 millions - ont neutralisé la croissance de l'activité commerciale. Le bras assurance du groupe a en effet enregistré une augmentation de respectivement 5 et 3% de ses encaissements bruts de primes en vie et en non-vie.
  • LA SOLVABILITE
    Sans surprise, les ratios de solvabilité de Fortis ont souffert de l'évolution des marchés. Malgré cela, le "core equity" reste encore largement au-dessus de l'objectif du bancassureur. Mais cet excédent diminuera lorsque les actifs d'ABN Amro seront transférés et consolidés au sein de Fortis. Un exercice prévu pour 2008 et 2009.
    Report des bénéfices futurs et cessions d'actifs sont donc toujours au programme du groupe. Auquel s'ajoute une nouvelle levée de capitaux Tier 1, "d'un montant d'environ 1 milliard d'euros". Une opération "non dilutive" qui prendra place "dans les jours à venir", promet Fortis.
  • L'ENVIRONNEMENT DE DEMAIN
    La concurrence commence à laisser percer quelques signes d'espoir. Rue Royale, on se fait plus prudent. "Nous pensons que l'environnement va rester volatile dans un avenir proche", affirme le communiqué officiel. Mittler se fait plus nuancé: "après un mois de mars très difficile, certaines choses se sont améliorées en avril, mais nous attendons de voir si ces éléments se confirment dans les mois à venir".
  • ABN AMRO
    "On track". Autrement dit, l'intégration de la banque batave dans les rouages de Fortis se déroule comme prévu. Le bancassureur poursuit ses consultations avec des candiats à la reprise de certains actifs d'ABN Amro aux Pays-Bas. Commission européenne, oblige. "Nous sommes en ligne avec le calendrier fixé par les autorités de la concurrence européennes."


Quant au cours de l'action, après avoir hésité sur la direction à prendre, s'est inscrit dans le rouge cédant 1,42% à 16,71 euros, dans un marché stable, en milieu de matinée.

Anne-Sophie Bailly
as.bailly@lecho.be
(c) - L'Echo

Lisez l'intégralité du communiqué de Fortis (pdf), en cliquant ici.  

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect