GBL a plus que doublé son bénéfice au 1er trimestre

Le holding co-contrôlé par les familles Frère et Desmarais a dégagé entre janvier et mars un résultat net consolidé de 69 millions d'euros, en progression de 43 millions par rapport au trimestre correspondant de 2006.

(L'Echo) Le holding GBL, co-contrôlé par les familles Frère et Desmarais, a dégagé à l'issue du premier trimestre 2007 un résultat net consolidé de 69 millions d'euros, soit 0,47 euro par action, en progression de 43 millions par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent.

Cette évolution traduit essentiellement les revenus de trésorerie positive ainsi que les résultats sur cessions réalisés au niveau des fonds de private equity, soit 29 millions d'euros, a précisé GBL qui rappelle que Bertelsmann avait contribué pour 13 millions d'euros au bénéfice du premier trimestre 2006. Les "cash earnings" s'élèvent à 18 millions contre 2 millions un an auparavant, principalement sous l'effet des liquidités disponibles.

A la date du 2 mai, et compte tenu des participations de 9,5% dans Suez, de 17,2% dans Lafarge et de 5,6% dans Pernod Ricard, l'actif net ajusté de GBL s'élève à 118,39 euros par action.

GBL signale que les résultats du premier trimestre ne permettent pas d'extrapoler ceux de l'année 2007.

Le holding présidé par Albert Frère souligne cependant que les "cash earnings", pour l'exercice 2007 dans son ensemble, bénéficieront de l'accroissement des dividendes communiqués par les participations : Suez +20%, Lafarge +18%, Total +15% et Imerys +9%, ainsi que de l'encaissement, pour la première fois, d'un dividende en provenance de Pernod Ricard. Ces augmentations devraient compenser les 120 millions d'euros de dividendes Bertelsmann encaissés pour la dernière fois en 2006, précise GBL.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés