KBC, champion belge des sites corporate

©RV DOC

Les entreprises belges ne semblent pas foncièrement passionnées par l'outil web et l'écart se creuse avec le reste de l'Europe. C'est du moins ce qui ressort de l'enquête annuelle du cabinet Hallvarrson & Halvarrson, qui voit la Belgique chuter de 4 places dans le classement des meilleurs sites internet d'entreprises. La Belgique passe donc de la huitième à la douzième place, en à peine un an.

Bruxelles (L'Echo) - Les entreprises belges ne semblent pas foncièrement passionnées par l'outil web et l'écart se creuse  avec le reste de l'Europe. C'est du moins ce qui ressort de l'enquête annuelle du cabinet Hallvarrson & Halvarrson, qui voit la Belgique chuter de 4 places dans le classement des meilleurs sites internet d'entreprises. La Belgique passe donc de la huitième à la douzième place, en à peine un an.

Le grand vainqueur au niveau national : KBC, qui était troisième l'année passée. La banque partage le podium avec UCB, puis, ex aequo, AB InBev et Umicore.
D'après Marcus Eriksson, directeur de la section webranking de H&H, KBC "a vraiment évolué, au point de distancer UCB de près de 10 points en améliorant considérablement presque tous les aspects étudiés".

La Belgique, mauvaise élève

Étonnamment, la Belgique reste une assez mauvais élève puisqu'elle se trouve en dessous de la moyenne européenne dans presque toutes les sections de l'enquête, d'autant que les résultats sont extrêmement variables d'une entreprise à l'autre.
Seules les catégories "Carrière" et "Calendrier" présentent de bons résultats. "Les entreprises belges utilisent relativement bien le média Internet en offrant par exemple souvent des versions online de  leurs résultats financiers et des calendriers fréquemment mis à jour" explique Robin Olenius, consultant chez H&H. "Mais leurs sites web manquent d'informations sur le corporate governance alors  que l'intérêt porté par les investisseurs à ces questions rend la transparence indispensable" ajoute Marcus Eriksson.

Réseaux sociaux

Preuve de l'engouement pour les réseaux sociaux et certains gros sites internet, l'enquête s'est également penchée sur la présence des entreprises sur des incontournables comme Youtube, Facebook ou encore Twitter.  
Une place spécifique a été réservée à l'encyclopédie collaborative Wikipedia, où c'est la qualité de la page concernant l'entreprise qui a été évaluée.
On en aurait pu s'en douter, les champions belges de la catégorie "réseaux sociaux" ne sont autres que Fortis et Dexia.  Cette catégorie de l'étude voit par contre quelques chutes vertigineuses : Umicore, par exemple, y occupe tout simplement la dernière place.
D'après l'enquête, les meilleurs résultats sont à trouver du côté des entreprises britanniques et suisses. "De nombreuses sociétés y ont compris l'intérêt de ces canaux et ont leur propre chaîne sur Youtube, ou encore utilisent le site de micro-blogging Twitter pour communiquer avec une audience très large et plus variée" explique Robin Olenius.
Le consultant prévoit d'ailleurs un renforcement croissant de l'utilisation par les entreprises de ces nouveaux relais de communications, efficaces et très bon marché.

Un classement référence à l'étranger


Le classement H&H Webranking est basé sur 140 critères différents qui déterminent chaque année quelles informations et fonctionnalités sont essentielles à un site Internet corporate.
Les critères sont définis après une première enquête auprès d'investisseurs, d'analystes et de journalistes financiers.
Y sont passées au crible 500 sociétés européennes, dont les 14 premières entreprises belges en termes de capitalisation boursières.
À noter,  l'enquête annuelle de Hallvarsson & Halvarsson, pour quasi-inconnue qu'elle puisse être en Belgique, est très suivie par les entreprises américaines et scandinaves, dont elle étudie les sites internet depuis plus de 12 ans.
Contre 3 ans à peine pour les entreprises belges.

Younes Al Bouchouari

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés