L'euro en forme après des indicateurs traduisant la solidité de l'économie

L'euro progressait vendredi face au dollar après un indice Ifo décevant mais traduisant la solidité de l'économie allemande et une consommation des ménages française en hausse de 1,2%, laissant croire à une éventuelle hausse des taux d'intérêt de la zone euro en mars.

(afp) Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), l'euro cotait 1,3167 dollars contre 1,3124 dollars jeudi vers 22H00 GMT et valait 159,41 yens contre 159,55 yens la veille. Le dollar progressait à 121,07 yens contre 121,56 yens jeudi vers 22H00 GMT.

L'euro a accusé une légère baisse dans la matinée après la publication du baromètre Ifo sur le moral des chefs d'entreprise, mais s'est ensuite repris, le marché jugeant finalement l'indicateur solide et révélateur d'une économie robuste.

L'indice qui mesure le moral des chefs d'entreprise a reculé plus que prévu en février, à 107 points, contre 107,9 points en janvier. Les analystes interrogés par l'agence d'informations financières AFX News misaient sur un repli à 107,6 points.

"Le moral des chefs d'entreprises allemands a peut-être atteint un point culminant, mais il se maintient à un niveau élevé", a rappelé Jennifer Upham, économiste chez Capital Economics, qualifiant le baromètre Ifo de "déception modérée". L'Ifo reste, en effet, proches de ses records du mois de décembre, où il avait atteint un nouveau pic depuis la Réunification, à 108,7 points.

Autre indicateur du jour, la consommation des ménages en France qui s'est affichée en hausse de 1,2% surprenant les analystes qui s'attendaient à une baisse de 0,1% après les fortes hausses enregistrées tout au long du dernier trimestre 2006.

"Les nouvelles de la zone euro sont satisfaisantes et la BCE n'en a pas fini avec les taux d'intérêt", a estimé marios Maratheftis, analyste chez Standard Chartered, laissant entendre qu'un relèvement des taux directeurs n'était pas impossible.

La banque centrale européenne doit se réunir le 8 mars prochain et pourrait décider de relever ses taux d'intérêt d'un quart de point de pourcentage à 3,75%. De nombreux analystes sont également persuadés que la BCE relèvera ses taux d'un autre quart de point de pourcentage en juin.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés