La CNP et le groupe Arnault finalisent une grosse opération

Le financier carolo Albert Frère aura bientôt une raison supplémentaire de s'entretenir tous les samedis matin avec la plus grosse fortune professionnelle de France, son ami Bernard Arnault, patron de LVMH, le n°1 mondial du luxe, dont Frère est d'ailleurs administrateur. Les deux hommes s'apprêtent à investir conjointement dans une " grosse société ".

(l'écho) " Nous étudions actuellement avec le Groupe Arnault six dossiers, et l'un de ces dossiers est en passe d'être bouclé ", a en effet confié à quelques analystes et à notre rédaction Gilles Samyn, le patron de la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP), ce jeudi soir, en marge de la présentation des résultats annuels consolidés du holding de la Blanche Borne, contrôlé par le groupe Frère Bourgeois.

Gilles Samyn a décliné les invitations à en dire davantage. " Les six sociétés dont nous parlons sont de grosses sociétés, à l'exception de l'une d'entre-elles, qui est même une micro-société ", s'est-il juste contenté d'ajouter.

La CNP, qui co-contrôle GBL, et le Groupe Arnault ont décidé il y a quelques mois de créer une société d'investissement commune dotée d'une capacité financière en fonds propres d'un milliard d'euros. La cible de ce fond alimenté à parts égales ? Des entreprises essentiellement européennes, cotées ou non.

Dans la foulée de cette annonce, le " Financial Times " avait indiqué que les deux associés s'apprêtaient à mettre la main sur le constructeur britannique de voitures de luxe sportives Aston Martin, mis en vente par le groupe Ford et valorisé à? un milliard d'euros. Ce qui n'aurait pas " collé " avec l'objectif de " diversification " poursuivi par les deux milliardaires.

Pour rappel, les deux financiers ont déjà acheté ensemble, en 1998, Cheval Blanc (vin de Bordeaux), pour quelque 155 millions d'euros. Et plus récemment, lorsque la CNP a tentée, en vain, de racheter à Starwood Capital le groupe Taittinger/Le Louvre, la rumeur prêtait à Bernard Arnault un soutien total à l'opération.

Si l'alliance entre la CNP et le groupe Arnault (qui vient juste d'entrer dans le capital de Carrefour avec le fonds US Colony) n'en est pas à ses débuts, d'autres sont plus anciennes encore. La CNP et la banque BNP Paribas sont partenaires depuis plusieurs décennies. Plus récemment, le holding belge s'est allié, via Pargesa, avec Power, la société détenue par la famille canadienne Desmarais.

L'an dernier, la CNP, qui détient une trésorerie nette d'1,7 milliard d'euros, a dégagé un bénéfice net consolidé de 912,39 millions d'euros (8,37 euros par action), en hausse de 52% (51% par action).

Xavier Degraux

(c) Tijd Nieuwslijn (tel: +32 2 4231769; fax: 32 2 4231610; mail: cnd@mediafin.be)

Photo belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés