La Deutsche Börse met la main sur l'ISE pour 2,8 milliards de dollars

Deutsche Börse va proposer 67,50 dollars par action ISE (International Securities Exchange) en numéraire, ce qui valorise le groupe autour de 2,8 milliards de dollars. Cela représente une prime généreuse de plus de 48% par rapport au cours de clôture de l'ISE vendredi.

(afp) ) L'opérateur de la Bourse de Francfort, Deutsche Börse, tente de rompre son isolement sur un marché boursier en pleine consolidation en s'emparant de la plate-forme américaine de dérivés International Securities Exchange (ISE). Eurex- un joint venture rassemblant l'opérateur boursier allemand et la Bourse suisse SWX- et l'International Securities Exchange (ISE) ont signé lundi soir un accord final qui prévoit le rachat de cette dernière pour 2,8 milliards de dollars.

Deutsche Börse va proposer 67,50 dollars par action ISE en numéraire, ce qui valorise le groupe autour de 2,8 milliards de dollars. Cela représente une prime généreuse de plus de 48% par rapport au cours de clôture de l'ISE vendredi.

Le conseil de surveillance de Deutsche Börse, qui s'est réuni dans la journée de lundi a donné son feu vert à l'opération qui devra encore être approuvée par les actionnaires lors d'une assemblée générale extraordinaire, a précisé Deutsche Börse. Le gendarme boursier américain, la SEC, devrait se pencher elle aussi sur le dossier.

Le titre Deutsche Börse était suspendu à la Bourse de Francfort dans l'attente de nouveaux développements. A New York, les investisseurs applaudissaient, l'ISE s'envolant de 43% à 65,29 dollars vers 15H00 GMT.

En faisant main basse sur l'ISE, Deutsche Börse se renforce sur le très rentable marché des contrats d'options.

Dans ce type de contrats, une partie confère à une autre le droit d'acheter ou de vendre un produit --action, obligation, devise ou marchandise-- à un prix convenu et durant une période prédéterminée.

Deutsche Börse et la Bourse suisse SWX contrôlent à 50/50 Eurex, l'incontestable numéro un mondial des dérivés --options, contrats à terme et contrats d'échange.

Mais malgré ses positions solides, Eurex n'a jamais réussi à s'imposer sur le marché américain, largement dominé par les opérateurs locaux.

Après de longs avatars, Deutsche Börse a même dû jeter l'éponge l'été dernier et vendre la majorité de la filiale américaine Eurex US au groupe d'investissement britannique MAN Group.

L'ISE va lui permettre de combler ce vide. La plate-forme américaine est le numéro deux aux Etats-Unis des contrats d'options avec une part de marché de 28%, derrière le Chicago Board Options Exchange (CBOE), avec 37%.

La société, fondée en 2000, a enregistré un chiffre d'affaires de 178 millions de dollars l'an dernier et un bénéfice net de 55 millions de dollars. L'ISE est cotée depuis 2005 à la Bourse de New York.

Principal motif de satisfaction pour Deutsche Börse: l'opérateur allemand est enfin en passe de boucler une tentative de rapprochement après une longue série d'échecs. Ces dernières années, il a tenté en vain de fusionner avec le London Stock Exchange puis Euronext, qui lui a finalement préféré le New York Stock Exchange.

Plus récemment, il a essayé de se marier avec les Bourses de Milan et de Madrid, des projets également restés sans suite.

Le groupe allemand était aussi sous pression sur le marché des dérivés avec les offres concurrentes de fusion du Chicago Mercantile Exchange (CME) et de l'IntercontinentalExchange (ICE) pour le Chicago Board of Trade (CBOT).

Les analystes jugeaient du coup la transaction très positive.

"Malgré la prime offerte, le rachat de l'ISE reste une opération bon marché, surtout si on le compare aux acquisitions annoncées récemment dans le secteur. Avec cette transaction, Deutsche Börse met également la main sur une plate-forme très bien positionnée sur le plan technologique", jugeait Andreas Pläsier, analyste chez MM Warburg.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect