La fusion d'ABN Amro et Fortis Bank NL remise en question

Le projet de rapprochement des deux banques suivi d'une mise en Bourse en 2011 était au centre du projet gouvernemental des Pays-Bas qui comptait sur cette opération pour rentrer dans ses fonds après avoir déboursé 23 milliards d'euros pour sauvegarder les deux banques.

(Reuters) - Le rapprochement d'ABN Amro et de Fortis Bank Nederland, promu par le gouvernement néerlandais, risque de ne pas se faire, la cession d'actifs exigée par les autorités européennes semblant remise en question après l'augmentation de capital annoncée par BNP Paribas.

La semaine dernière, des sources avaient affirmé que le gouvernement concentrait son attention sur une éventuelle cession des activités de banque commerciale et du bras financier de Fortis Bank Nederland à BNP Paribas.

Mais les modalités de son augmentation de capital de 4,3 milliards d'euros risquent d'écarter cette option, souligne le Wall Street Journal dans son édition de jeudi.

Le gouvernement a jusqu'à vendredi pour présenter son plan à la Commission européenne. S'il ne parvient pas à y inclure la vente d'actifs, la fusion ne pourra être avalisée par l'UE.

Le projet de rapprochement des deux banques suivi d'une mise en Bourse en 2011 était au centre du projet gouvernemental qui comptait sur cette opération pour rentrer dans ses fonds après avoir déboursé 23 milliards d'euros pour sauvegarder les deux banques.

Une source proche de la situation a déclaré à Reuters que si les autorités bataves ne sont pas sommées de présenter un projet définitif ce vendredi, elles sont néanmoins censées faire part de leurs intentions définitives.

Une porte-parole du ministère des Finances a refusé de commenter les négociations éventuelles, déclarant que l'Etat continuait d'évaluer toutes les options et qu'il comptait déposer un projet sur le bureau de la commissaire à la Concurrence Neelie Kroes dès vendredi.

Joint par Reuters, un porte-parole de BNP Paribas s'est abstenu de tout commentaire.

Lorsqu'un consortium comprenant Fortis a racheté ABN Amro en 2007, la CA a ordonné à Fortis de vendre une partie des actifs de la banque néerlandaise touchant au secteur des PME néerlandaises.

Lorsque le gouvernement néerlandais a nationalisé les opérations locales de Fortis en 2008, cette obligation est restée valide. Le délai pour la respecter n'a cessé d'être repoussé jusqu'à cette date du 2 octobre et, d'après les médias néerlandais, Neelie Kroes n'a pas l'intention d'aller au-delà.





Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés