La première cotation commune NYSE-Euronext, c'est ce mercredi

Mais la célébration de cet événement pose des problèmes d'ordre logistique, engendrés par le caractère transatlantique de la nouvelle entité.

(afp) Les sociétés boursières américaine New York Stock Exchange (NYSE) et Euronext recevront pour la première fois mercredi une cotation commune. Mais la célébration de cet événement pose des problèmes d'ordre logistique, engendrés par le caractère transatlantique de la nouvelle entité.

Pratiquement tous les administrateurs du nouveau géant boursier sont attendus mercredi à 09h00, à Paris, pour assister à la première cotation de la nouvelle action en Europe. Parmi eux se trouvera le Belge Olivier Lefebvre, président d'Euronext Bruxelles et membre du comité de direction de la nouvelle société fusionnée.

Rien de spécial jusqu'ici. Le hic, c'est que les administrateurs, désireux de souligner le caractère transatlantique de la nouvelle société boursière, ont voulu pousser la symbolique un peu plus loin en se retrouvant de l'autre côté de l'océan pour participer à la clôture de la séance du jour à la bourse de New York. "Le timing sera très serré, mais nous y arriverons", a toutefois indiqué mardi une porte-parole d'Euronext. Faute de Concorde, les administrateurs devront en effet se farcir un vol d'environ huit heures avant de gagner le coeur de Manhattan et d'entrer dans le plus célèbre immeuble de Wall Street. Les festivités de mercredi constituent le point d'orgue d'un long processus de fusion lancé en mai 2006. Le New York Stock Exchange avait alors présenté une offre de rachat d'Euronext, valorisé à quelque 10,5 milliards d'euros. La bourse paneuropéenne, qui exploite notamment les bourses de Bruxelles, Paris, Amsterdam et Lisbonne (depuis 2002) ainsi que du marché londonien des produits dérivés Liffe (également acquis en 2002), venait de son côté d'entamer des pourparlers avec son homologue allemande Deutsche Börse. Euronext s'est toutefois très vite tournée du côté des Américains et a avalisé l'offre. Cette fusion - en réalité un rachat d'Euronext par le NYSE - donnera naissance à un géant du secteur boursier valant 22,3 milliards d'euros et dont la valeur de l'ensemble des entreprises qui y seront cotées sera de 27.000 milliards de dollars (21.000 milliards d'euros environ). A terme, la nouvelle société boursière projette de constituer un réseau mondial, en nouant des alliances au Japon et en Inde.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés