La Régie des bâtiments va faire peau neuve

Quelque 500 fonctionnaires sur 1.500 seront "reclassés". Une réunion de concertation est prévue avec les syndicats la semaine prochaine. La nouvelle direction a été mise en place à la tête de la Régie des bâtiments, aux côtés du directeur général, Laurent Vrijdaghs, dont la nomination avait déjà été décidée il y a dix jours.

Le nouveau comité de direction de la Régie des bâtimens devra restructurer la maison "de manière à en faire le véritable gestionnaire du patrimoine de l'État".

De ce fait, 500 emplois disparaîtront et les effectifs de la Régie devraient retomber à un millier d'agents environ. Comme il s'agit de fonctionnaires, il n'y aura pas de licenciements, mais un "pool de restructuration" pourrait être mis en place de manière à recaser les agents en surnombre dans une autre administration. Une réunion de concertation est prévue avec les syndicats la semaine prochaine.

La nouvelle direction a été mise en place à la tête de la Régie des bâtiments, aux côtés du directeur général, Laurent Vrijdaghs, dont la nomination avait déjà été décidée il y a dix jours. Les trois personnes qui viendront se joindre à lui pour constituer le nouveau comité de direction sont Marie-Caroline Pardon, Dirk Van Geystelen et Roger Vermeulen.

Un cinquième poste est toujours vacant et un auditeur interne devrait être désigné par la suite. Le nouveau comité va devoir recentrer les activités de la Régie, renforcer ses contrôles internes et mettre en oeuvre ses nouveaux statuts qui lui permettent désormais d'évoluer d'une manière plus souple, par exemple en s'associant avec d'autres.

Entre-temps, la vie continue. Le terrain sur lequel sera érigée la future prison d'Achêne a été acheté et deux autres dossiers en souffrance ont été débloqués, ceux des Palais de justice de Dinant et de Namur.

Jean Blavier

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect