Le bénéfice net de Dexia en-dessous des attentes au quatrième trimestre

Le bancassureur belgo-français Dexia a dégagé au cours du dernier trimestre de 2006 un bénéfice net de 786 millions d'euros (+42,1%) sur des revenus d'1,88 milliard d'euros (+20%), a indiqué le groupe par voie de communiqué vers 10h, ce jeudi matin. Le résultat net sous-jacent, part du groupe lui aussi, s'est élevé à 529 millions d'euros (+14,4%). Et le résultat brut d'exploitation est passé de 728 à 913 millions d'euros (+25,4%).

(l'écho) Les analystes, qui ont éprouvé des difficultés à établir leurs prévisions en raison de la revente d'Artesia Banque Pays-Bas (BAN) et de la consolidation partielle de la banque turque DenizBank, tablaient sur une meilleure rentabilité nette. Ils visaient en moyenne un bénéfice net trimestriel de 817 millions d'euros. Dans l'autre sens, plus positif pour Dexia celui-là, ils attendaient un chiffre d'affaires d'1,78 milliard d'euros et un résultat net sous-jacent de 507 millions d'euros.

"Les résultats de l'exercice 2006 comprennent les résultats de DenizBank pour le quatrième trimestre (32 millions d'euros) et ceux de BAN pour les trois premiers trimestres de l'année (18 millions d'euros), précise le communiqué de Dexia. Ils comprennent en outre un montant net très élevé d'éléments non opérationnels (703 millions d'euros). Dans de nombreux cas, afin de mettre en exergue les principales tendances économiques, les comparaisons entre périodes sont établies sur une base comparable. Le résultat net part du Groupe pro forma de 2005 laisse apparaître une différence de + 16 millions d'euros par rapport au chiffre publié.

Sur l'ensemble de l'exercice, le bénéfice net de Dexia a progressé de 34,9% (à 2,75 milliards d'euros) et le résultat sous-jacent a gonflé de 14,3% (à 2,05 milliards d'euros), porté par tous les métiers. Le profit des services financiers au secteur public local a en effet gonflé de 14,1%, pendant que les services aux particuliers prenaient 13,1%, la gestion d'actifs 31,7%, les services aux investisseurs 51,4% et les assurances 12,1%.

En 2006 toujours, exercice durant lequel le chiffre d'affaires a progressé de 17,3%, pour atteindre 7,01 milliards d'euros, le rendement sur fonds propres du groupe dirigé par Axel Miller a atteint 23,1% (contre 20% tout pile en 2005) et sa trésorerie a progressé de 11,2%.

"En Belgique, les engagements à long terme s'élèvent à 30,8 milliards d'euros et sont quasiment stables par rapport à 2005, détaille Dexia, qui enregistre des progressions partout ailleurs. 2006, année électorale, a été difficile en Belgique en ce qui concerne l'activité de finances publiques ou Dexia est toutefois parvenu à maintenir sa place de numéro un. L'activité de financements de projets réalise une performance très satisfaisante, avec une production en hausse significative de 49,4% qui s'établit à EUR 2,2 milliards. La banque a notamment participé au financement de trois parcs éoliens et d'une centrale biomasse."

Le financement des collectivités locales, véritable coeur de métier historique de Dexia, a connu l'an dernier une croissance dans tous ses sous-métiers (secteur public, financement de projet et réhaussement de crédit) et, conformément aux attentes de diversification du groupe, la part réalisée en Belgique et en France est passée de 44 à 42% de l'ensemble. Alors que le résultat net du pôle a gagné plus de 14%, les revenus ont progressé de 9,9% (à 2,48 milliards d'euros).

Dexia, qui a réitéré ses objectifs 2007, a l'intention de distribuer un dividende brut 2006 de 0,81 euro, en hausse de 14,1%.

Vers 11h40, le titre Dexia perdait 1,57%, à 21,94 euros dans un marché haussier.

Xavier Degraux

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés