Publicité

Le cdH fustige l'actionnariat étranger

©Jan de Meuleneir

Le cdH constate que seuls à peu près un quart des représentants du capital de Fortis étaient présents à l'assemblée générale et que seuls 10% ont voté contre, dont les trois-quarts, au minimum, sont des actionnaires étrangers, essentiellement chinois et hollandais.

(Belga) - Après le vote de l'assemblée générale de Fortis, le cdH a tenu à rassurer les épargnants et les travailleurs. Le gouvernement assumera sa responsabilité en tant qu'actionnaire de la Banque et prendra toutes les mesures nécessaires, afin de continuer à protéger les épargnants et les déposants, ainsi que les travailleurs et l'emploi en général, disent les Humanistes. Il est à présent nécessaire d'envisager toutes les mesures à prendre visant à défendre la Banque et à assurer son avenir, ajoutent-ils.

Le cdH constate que seuls à peu près un quart des représentants du capital de Fortis étaient présents à l'assemblée générale et que seuls 10% ont voté contre, dont les trois-quarts, au minimum, sont des actionnaires étrangers, essentiellement chinois et hollandais. "Il s'agit donc avant tout d'un vote très serré dans lequel l'actionnariat étranger, sur base des ses propres intérêts, a in fine imposé sa loi au mépris de l'intérêt général de la Belgique et de ses citoyens", notent les Humanistes.

Le cdH dit par ailleurs regretter que cette décision se soit opposée à la possibilité d'offrir une très belle perspective d'avenir à la Banque et un accord intéressant pour les actionnaires.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés