Publicité

"Le gouvernement Leterme peut continuer"

©BELGA

Tout en réclamant une transparence sur le dossier Fortis, les responsables des cinq partis de la majorité (libéraux et chrétiens-démocrates flamands et libéraux, socialistes et centristes francophones), ont estimé lors d'un conseil des ministres restreint que le gouvernement "pouvait continuer à fonctionner avec Yves Leterme à sa tête".

(Belga) - Les représentants des partis francophones et du CD&V au gouvernement ont estimé jeudi à l'issue d'un Conseil des ministres restreint que le gouvernement pouvait continuer à fonctionner avec Yves Leterme à sa tête. L'Open Vld n'a pas fait de commentaire après le Conseil restreint mais adopte la même ligne, a-t-on appris.

Le Premier ministre est dans la tourmente depuis mercredi. Se défendant d'avoir voulu influencer la justice dans le dossier Fortis, Yves Leterme a fourni des explications qui n'ont pas convaincu l'opposition, au contraire, et qui ont suscité des interrogations chez les partenaires de la majorité.

M. Leterme a répondu aux questions de ses vice-Premiers ministres jeudi en Conseil restreint. Ceux-ci ont regretté ne pas avoir été mis au courant plus tôt des initiatives prises par le Premier ministre dans ce dossier. "Nous avons exprimé notre colère", a indiqué Joëlle Milquet (cdH). "Nous n'étions au courant de rien, je voulais des explications plus précises", a soulevé Laurette Onkelinx.

Selon les deux vice-Premières ministre, Yves Leterme "a plaidé sa bonne foi", rappelant son attachement à la séparation des pouvoirs et estimant que la vérité devait avoir ses droits. "Nous pouvons continuer à travailler, sachant qu'en parallèle sera mise en place une Commission d'enquête parlementaire", a indiqué Laurette Onkelinx à la suite de sa collègue cdH.

"On continue avec le gouvernement et M. Leterme", a indiqué Didier Reynders (MR). "Nous sommes à disposition du parlement pour répondre aux questions". Le vice-Premier ministre réformateur a également insisté sur le fait que "le projet industriel" restait également à étudier, notamment en vue de protéger l'épargne. A cet égard, M. Reynders n'est pas étonné par la décision de BNP Paribas de reporter son assemblée générale. "C'est une décision assez logique", a-t-il dit, rappelant que l'opération Fortis ne pouvait être réalisée dans son ensemble aujourd'hui vu l'arrêt de la Cour d'appel.

Le secrétaire d'Etat Etienne Schouppe (CD&V) s'est pour sa part voulu très serein. "Evidemment" que le gouvernement peut continuer à travailler avec Yves Leterme à sa tête, a-t-indiqué, soulignant que le Premier ministre avait fait oeuvre de transparence. "Il n'y a pas de problème", a-t-il estimé.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés