Le personnel de Dexia grince des dents

Il a fait part de ses griefs lors de l'assemblée générale des actionnaires. En cause, indiquent ses représentants, des effectifs touchés de plein fouet par le plan de transformations de l'entreprise et confrontés à une pression accrue; et ce alors que la direction retrouve des bonus et les consultants de belles rémunérations.

Bruxelles (L'Echo) - Assemblée générale de Dexia sous fond de polémiques. À l’entrée de l’auditorium du Passage44, les calicots relatifs aux activités de Dexia en Israël se mêlaient aux anoraks colorés des représentants syndicaux venus, eux, dénoncer la politique de bonus et autres rémunérations de consultants.

De nombreux représentants du personnel ont également fait part de leurs griefs lors de l’assemblée. "Nous voulons moins de mercis et pas de distribution de bonus", s’est exclamé l’un d’entre eux.
Un autre a pointé le travail effectué par le personnel: "Vous avez fait des efforts, nous aussi. Vous avez travaillé dur, nous aussi".

Face aux quelque 1.500 postes perdus, ils s’interrogent: "Tout Dexia était-il si mauvais qu’il faut tout changer?".

Les rémunérations des consultants ont aussi été évoquées. Et Jean-Luc Dehaene, président du conseil d’administration de répondre, dans un style direct qui le caractérise: "Aucune banque étant dans la même situation que Dexia à mon arrivée ne redresse la barre sans des aides et des consultants. C’est même sain d’avoir un éclairage extérieur. Nous avons opté pour Bain".

Quant aux coûts de consultance Dehaene et son CEO, Pierre Mariani, affirment qu’ils sont en recul.
En 2008, le budget "consultants" était de 161 millions d'euros. En 2009 il est passé à 124 millions pour cette année ressortir plus ou moins à 110 millions, avancent les dirigeants.

De nombreuses questions, voire des déclarations portaient sur Dexia Israël Bank et un prêt de 1,4 million d'euros qui aurait été consenti en fin mai 2009 aux colonies. Des activistes tenteront même de dérouler un calicot avant d’être très rapidement neutralisés par des agents de sécurité. Ce qui vaudra à Dehaene de remarquer face au papier froissé: "C’est dommage pour le papier!".

Sur le fond, Dexia martèlera ne plus procéder à de nouveaux engagements et à se contenter de gérer ceux du passé.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés