Les entreprises distribueront la moitié de leurs gains en 2007

1371

Les bénéfices des entreprises se situent sous les 20 milliards d'euros, mais elles distribueront plus de 10 milliards au titre de l'exercice écoulé. Champion toutes catégories : Immobel avec un rendement de son dividende brut de 30 %.

Bruxelles (L'Echo) - Globalement, les résultats des sociétés belges cotées à Bruxelles accusent le coup par rapport à l'an dernier. Avec une différence notable : alors que les bancaires tiraient les wagons l'an dernier, elles sont à la traîne cette année et laissent l'industrie lourde mener le bal. Leur bénéfice net global a reflué en 2007 de 11 %, passant sous la barre des 20 milliards EUR à 19,14 milliards d'euros.

La faute aux holdings qui ont vu leur résultat dévisser de 59 %. Principal « coupable », GBL, holding de la galaxie Frère, qui avait comptabilisé en 2006 une plus-value très exceptionnelle. D'autres sociétés à participation ont encaissé durement le mauvais climat boursier. Les banques s'en sortent relativement bien par rapport à leurs pairs étrangers. Mais leur bénéfice a tout de même régressé de 7 % contre une progression de 29 % en 2006. Après une hausse modérée du bénéfice (8 %) en 2006, les sociétés non financières, l'industrie et les services, sont parvenues en 2007 à gonfler leur résultat net de 18 %, à 7,1 milliards d'euros. Mieux, les industrielles ont relevé leurs bénéfices opérationnels de 11 % à plus de 12 milliards. Avec même une hausse de 18 % pour le bénéfice net. Bekaert, Barco et InBev ont récolté les fruits de la belle croissance de l'économie mondiale, malgré la faiblesse du dollar.

Pour maintenir le moral des investisseurs, de nombreuses entreprises belges ont annoncé à leurs actionnaires qu'ils recevraient des dividendes en hausse au cours des prochains mois : elles nont distribuer pas moins de 10 milliards d'euros au titre de 2007. Champion toutes catégories : Immobel avec un rendement du dividende brut de 30 %.

Cette tendance à ne pas lésiner sur les dividendes, Etienne de Callatay « pay out ratio », dit-il est globalement stable aux environs de 45 % : les entreprises ne distribuent pas plus qu'avant.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés