Les marchés d'Asie-Pacifique rechutent dans le sillage de Wall Street

(afp) Les marchés de la zone Asie-Pacifique, à peine remis de leur déprime d'il y a deux semaines, ont à nouveau chuté lourdement mercredi dans le sillage de Wall Street, en raison des craintes entourant le secteur des prêts immobiliers à haut risque aux Etats-Unis.

L'indice Dow Jones de la Bourse de New York avait terminé mardi sur une baisse de 1,97% après la publication d'une étude de l'Association des banquiers hypothécaires américains, qui a fait état d'une hausse des défauts de paiement au quatrième trimestre 2006.

Selon cette étude, les non-remboursements de prêts hypothécaires à haut risque sont à leur plus haut niveau depuis quatre ans aux Etats-Unis.

Les craintes des investisseurs new-yorkais ont entraîné une nette dépréciation du dollar et un renchérissement du yen sur le marché des changes, un facteur qui pénalise les grandes sociétés japonaises exportatrices.

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei des valeurs vedettes a ainsi terminé sur un fort recul de 2,92%, après avoir déjà perdu 0,66% la veille.

Le mouvement de correction s'est vite propagé au reste de la région: Séoul a clôturé en baisse de 2,00%, Sydney de 2,10%, Wellington de 1,29% et Taipei de 1,48%. Manille a dévissé de 3,38%.

A Hong Kong, l'indice Hang Seng se repliait de 2,65% à la mi-séance. A Shanghaï, l'indice composite chutait de 1,99% en milieu de journée.

Quant à la Bourse de Bombay, elle perdait 3,57% dans les premiers échanges.

"Les ventes massives sur les places de la région est une conséquence des corrections sur les autres Bourses mondiales. Ces affaires de mauvaises créances pourraient encore plomber les marchés" dans les prochains jours, a averti Kitty Chan, directrice de Celestial Asia Securities à Hong Kong.

Pourtant les économies asiatiques ne sont pas directement touchées par les problèmes immobiliers aux Etats-Unis et devraient continuer à jouir d'une solide croissance, a souligné Akio Yoshino, économiste à la Société Générale Asset Management à Tokyo.

"Si l'on fait une analyse objective, on comprend que le problème ne concerne que le secteur des prêts immobiliers aux Etats-Unis et qu'il ne représente aucune menace pour l'ensemble du système financier", a-t-il analysé.

"Nous croyons que l'avenir est fondamentalement rose. La situation des économies asiatiques est très saine", a également jugé Tim Rocks, stratège chez Macquarie Securities à Hong Kong.

"Dans cet environnement, le danger est d'adopter une attitude excessivement défensive. Mais il est vrai qu'il existe quelques raisons d'être prudents, car nous ne ne connaîtrons pas avant un certain temps toute l'étendue du ralentissement aux Etats-Unis", a poursuivi M. Rocks.

Pour Kylie Macdonald, conseillère chez ABN Amro Morgans à Sydney, les marchés se sont peut-être rétablis un peu trop rapidement après la tourmente boursière mondiale d'il y a deux semaines: les investisseurs attendaient la première occasion d'empocher les bénéfices après le rebond.

"C'est un peu comme une prophétie qui se nourrit d'elle-même. Tout le monde prévoit que le marché va baisser, donc il baisse", a-t-elle expliqué.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés